Retour

Souvenirs des derniers Jeux sans les joueurs de la LNH

Les Jeux de Lillehammer en 1994 ont été le théâtre de la consécration de grands athlètes. Au Québec, les deux médailles d'or de Myriam Bédard en biathlon et l'or de Jean-Luc Brassard en bosses ont marqué l'imaginaire.

Un texte d'Antoine Deshaies

Le pays hôte, la Norvège, avait vibré pour le patineur Johann Olav Koss, triple médaillé d’or en patinage de vitesse, et pour le fondeur Bjorn Daehlie, double médaillé d’or et double médaillé d’argent.

Sur la glace de hockey, le jeune Peter Forsberg, 20 ans seulement, avait donné la médaille d’or à la Suède en tirs de barrage contre le Canada en déjouant Corey Hirsch.

Des 23 joueurs de la formation canadienne, seulement deux n’ont pas disputé un seul match dans la LNH : le capitaine Fabian Joseph et le gardien de but Allain Roy. Roy, qui n'a pas été utilisé à Lillehammer, a quand même obtenu sa médaille d'argent.

« C’est l’un des meilleurs souvenirs de ma carrière avec mon titre national avec l’Université Harvard dans la NCAA, explique Roy à Radio-Canada Sports. On formait un groupe très uni. »

Un groupe très uni formé majoritairement de joueurs dans la jeune vingtaine, à l’aube d’une carrière dans la LNH.

Paul Kariya était la tête d'affiche. Le choix de premier tour des Mighty Ducks d’Anaheim (4e au total) du repêchage de 1993 avait quitté son équipe de l’Université du Maine pour rejoindre la formation canadienne.

Le Tchèque Peter Nedved, en dispute contractuelle avec les Canucks de Vancouver, avait obtenu sa citoyenneté canadienne et avait pu porter le rouge et blanc aux Jeux de Lillehammer. Il a d'ailleurs terminé sa carrière internationale avec la République tchèque.

Aujourd’hui agent de près de 200 joueurs et Président de Roy Sports Group, Allain Roy conserve des souvenirs mémorables de Lillehammer.

« C’était du hockey différent de la LNH, ajoute Roy. Bien sûr les meilleurs joueurs n’étaient pas là, mais la passion des joueurs était extraordinaire. Tout le monde sentait que l’équipe qui allait travailler le plus fort allait gagner. Nous étions appuyés au Canada comme des négligés et on ressentait grandement cet appui. »

Roy, natif de Campbellton au Nouveau-Brunswick, est resté proche de plusieurs coéquipiers de l’aventure de 1994, dont les gardiens Corey Hirsch et Manny Legace.

« On commence même à discuter d’une réunion d’équipe pour renouer avec tous les gars. »

Encore de l’espoir pour la LNH

Selon Allain Roy, il est encore trop tôt pour exclure définitivement les joueurs de la LNH des prochains jeux.

« Si des joueurs comme Alexander Ovechkin, Sidney Crosby ou Carey Price veulent vraiment y aller, je pense qu’ils seront durs à arrêter. »

Reste que de défier la toute puissante Ligue nationale entraînerait assurément des représailles. Mais si la Ligue maintient la ligne dure, Roy s’attend à voir une équipe canadienne semblable à celle de 1994 en Corée.

« Ce sera sans doute des joueurs qui jouent en Europe, des joueurs universitaires et quelques joueurs juniors d’exception. L’intérêt des amateurs ici serait semblable à celui du mondial junior » dit-il.

Un de ses clients pourrait même recevoir l’appel de Hockey Canada : Zachary Fucale. L’espoir du Canadien de Montréal a gagné trois médailles d’or sous les couleurs canadiennes: Au mondial des moins de 18 ans en 2012, au Championnat mondial junior en 2015 et à la Coupe Spengler en décembre 2016.

Le gardien de 21 ans a aussi remporté la coupe Memorial avec les Mooseheads d’Halifax en 2013.

Dans l’attente d’une occasion de briller avec le Canadien de Montréal, le Québécois pourrait briller sur la plus grande scène sportive d’hiver qui soit.

Plus d'articles

Commentaires