Retour

Statu quo à Espace pour la vie, le Jardin botanique garde sa direction distincte

L'administration du maire de Montréal, Denis Coderre, a confirmé vendredi que la réforme administrative annoncée à Espace pour la vie, qui suscitait des inquiétudes surtout quant à l'avenir du Jardin botanique, n'aura finalement pas lieu.

Dans un message publié sur Twitter, le maire a affirmé qu’à l’issue d’une rencontre avec l’ex-maire et ex-directeur du Jardin botanique Pierre Bourque, il l’a assuré qu’il n’était « pas question » de « réforme administrative ».

Contacté par Radio-Canada, l’attaché de presse du maire Coderre a confirmé que les directions des quatre institutions qui composent Espace pour la vie, soit le Jardin botanique, l’Insectarium, le Biodôme et le Planétarium, seront maintenues et que la réforme administrative qui avait suscité l’inquiétude n’aura pas lieu.

Avec les changements d’abord envisagés par la direction d’Espace pour la vie, les directions distinctes pour chacune des institutions auraient été abolies et remplacées par des postes chapeautant leurs missions communes.

Ainsi, selon le plan proposé, le directeur du Jardin botanique, René Pronovost, serait devenu le directeur des collections et de la recherche pour les quatre institutions. De son côté, la directrice de l’Insectarium, Anne Charpentier, aurait pris la direction des programmes publics et d'éducation.

Les deux autres directeurs partent à la retraite. À la suite de la décision annoncée par le maire, ils devraient donc être remplacés.

Le directeur d’Espace pour la vie, Charles-Mathieu Brunelle, avait martelé en entrevue à Radio-Canada, mercredi matin, que l’identité et la visibilité du Jardin botanique n’étaient pas menacées par les changements administratifs.

Mais le conservateur du Jardin botanique, Michel Labrecque, de même que Pierre Bourque et d’autres scientifiques du milieu horticole demeuraient inquiets des incidences de la réforme sur la vocation scientifique de l’institution.

En entrevue à Radio-Canada, vendredi, M. Labrecque s’est réjoui de l’annonce du maire. « Je réagis avec beaucoup de soulagement et beaucoup d'apaisement. […] Je suis très content que le bon sens ait rattrapé tout ça et que M. Coderre ait vu lui aussi la lumière et qu'il ait pu arrêter cette réforme », a déclaré le conservateur du Jardin.

Avec la collaboration de Diana Gonzalez et Jean-Sébastien Cloutier

Plus d'articles

Commentaires