Retour

Stevenson trop fort pour Fonfara conserve son titre WBC

MONTRÉAL – Adonis Stevenson a aisément conservé la ceinture WBC des mi-lourds, samedi soir au Centre Bell en forçant le coin d'Andrzej Fonfara à jeter l'éponge après 28 secondes au 2e round.

Un texte de Jean-François Chabot

Stevenson a totalement dominé son adversaire dès que la cloche a retenti. Les coups puissants et précis ont eu vite fait de terrasser Fonfara qui s'est retrouvé au tapis alors qu'il restait encore plus de 80 secondes à écouler au round initial.

Quand il s'est relevé, Fonfara n'avait pas eu le temps de recouvrer ses esprits. Refoulé dans un coin par un Stevenson qui cherchait à en finir, Fonfara a bénéficié des largesses et de la trop grande patience de l'arbitre Michael Griffin pour survivre.

Mais à la reprise, Stevenson est revenu encore plus déterminé et Fonfara n'offrait plus aucune résistance. Face au danger qui le guettait, ses hommes de coin l'ont retiré des pattes de « Superman ».

Stevenson a déclaré dans le ring qu'il était le meilleur et qu'il allait continuer à affronter les meilleurs. S'il souhaitait envoyer un message clair à Eleider Alvarez, Stevenson s'y est pris de la bonne façon.

« La première fois que j'ai affronté Fonfara j'étais blessé à une main. Je ne prenais pas à la légère. Mais comme l'occasion s'est présentée de régler ça rapidement, je l'ai fait », a dit Stevenson qui s'était lui-même affûblé d'une couronne pour s'autoproclamer roi des mi-lourds.

En salle de presse, Stevenson n'a pas voulu se mouiller quant à l'identité de son prochain adversaire. « Je suis prêt à affronter n'importe qui, mais je laisse le soin de négocier ces affaires là à mon gérant. Je fais confiance à Al Haymon. On parle encore de réunification. Mais si ça ne se fait pas, on verra. »

Le promoteur Yvon Michel a pour sa part indiqué qu'il avait l'intention d'écrire au WBC pour faire valoir le statut d'Eleider Alvarez. « Comme ça on lancera le processus d'appels d'offres. Les offres devront être déposées sous 30 jours après la réception de la lettre, et le combat devra ensuite se dérouler dans les 90 jours. »

Yvon Michel représente tant Stevenson qu'Alvarez pour les combats qu'ils livrent au Québec. L'appel d'offres devient alors en soi une formalité. « Je devrais être capable de m'entendre avec moi-même », a lancé Yvon Michel en riant.

Les amateurs de boxe attendent la suite de l'histoire avec impatience.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine