Retour

Stroll et son équipe terminent 15e à Daytona

Le Canadien Lance Stroll et son équipe Oreca ont pris le 15e rang au classement général des 24 heures de Daytona, dimanche en Floride.

C’est le Suédois Felix Rosenqvist qui a mené la voiture numéro 37 au fil d’arrivée, à 31 tours des vainqueurs, bon pour la 11e place dans la catégorie LMP2.

Rosenqvist, Stroll, le Néerlandais Robin Frijns et l'Espagnol Daniel Juncadella partaient de la 6e position. 

« Nous avons tout donné. C'est vraiment dommage que nous avons eu trois crevaisons et pas mal de dégâts à l'arrière de la voiture. Mais on s'est amusé! Merci à toute l'équipe pour son travail acharné. Voyons ce que l'avenir nous réserve », a résumé Frijns sur Instagram.

L’équipage du Portugais Filipe Albuquerque, de l'Américain Joao Barbosa et du Brésilien Christian Fitipaldi a gagné la prestigieuse épreuve. Ils ont bouclé 808 tours au volant de leur Cadillac DPi.

Albuquerque et compagnie ont ainsi offert à l’équipe Chip Ganassi Racing la 200e victoire de son histoire, et sa 8e aux 24 heures de Daytona en 15 participations.

Le total de 808 tours est un nouveau record.

Stroll avait participé aux 24 heures de Daytona il y a deux ans, avec Chip Ganassi.

La Mercedes-AMG numéro 75 conduite par le Québécois Mikaël Grenier a terminé en 28e place du classement général, et en 8e position dans la catégorie GT3.

Alonso 38e pour ses débuts en endurance

L'Espagnol Fernando Alonso et ses coéquipiers britanniques Phil Hanson et Lando Norris ont terminé à la 38e place du général.

La Ligier JS P217 de l'écurie United Autosports a terminé à 90 tours des vainqueurs.

Alonso et ses coéquipiers ont commencé à rencontrer des problèmes mécaniques peu avant la mi-course, avec une crevaison et une défaillance du système de freinage immobilisant leur prototype pendant 40 minutes.

Ils étaient 22e à mi-course et ont encore rétrogradé au classement après une nouvelle longue pause dans la matinée de dimanche après de nouveaux problèmes de frein.

Ils ont terminé à la 13e place du classement des prototypes et 9e des LMP2.

« C'est dommage, car quand la voiture fonctionnait bien, on était au contact avec les meilleurs, parmi les cinq ou 6 équipes en tête », a regretté Alonso.

« Mais c'était une expérience de pilotage très intéressante, c'est très positif, j'ai beaucoup appris, cela me servira quand je pourrais participer aux 24 Heures du Mans », a-t-il poursuivi.

Le double champion du monde de Formule 1, sous contrat avec l'écurie McLaren, a fait quatre relais, dont le premier de la course.

Il rêve de décrocher la « Triple Couronne », à savoir remporter le Grand Prix de Monaco de F1 -ce qu'il a déjà fait en 2006 et 2007, les 500 Miles d'Indianapolis - abandon en 2017 à vingt tours de l'arrivée - et les 24 Heures du Mans, une trilogie qu'un seul pilote a réalisée, le Britannique Graham Hill.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards