Le Grand Prix de Hongrie prévu ce week-end marquera le début de la seconde moitié de la saison de formule 1. Les 10 premières courses de la campagne recrue de Lance Stroll l'ont fait passer par pratiquement toute la gamme des émotions.

Le coureur de l'écurie Williams a mis ses déboires des premières épreuves derrière lui et s'est mis à engranger quelques points au classement depuis son baptême montréalais. Il n'a toutefois pas oublié ses laborieux premiers pas.

« Je pense qu'on a eu des moments difficiles, mais [aussi] des moments positifs. On a marqué de bons points au Canada, en Azerbaïdjan et en Autriche, s'est-il remémoré. C'était de bonnes courses. »

« On s'y attendait aux moments difficiles avec cette première année en F1, mais en général je pense que c'est une bonne saison », a enchaîné Stroll.

Le passage du Championnat d'Europe de formule 3 à la F1 ne s'est pas déroulé sans heurts pour le pilote canadien. Il a dû patienter jusqu'à la quatrième course de la campagne, au Grand Prix de Russie, à Sotchi, avant de rallier l'arrivée.

Trois épreuves plus tard, lors de la septième manche de la saison, à Montréal, Stroll amassait ses premiers points devant un public conquis. Deux semaines plus tard, à Bakou, le coureur de 18 ans s'est hissé de manière improbable sur la troisième marche du podium.

Il s'en était fallu de bien peu pour que le Québécois soit le vice-champion, derrière l'Australien Daniel Ricciardo. Le Finlandais Valtteri Bottas s'était cependant interposé dans les derniers mètres pour ravir la 2e place à Stroll.

Sa performance sur le parcours azerbaïdjanais lui a valu le titre de pilote du jour. Cette reconnaissance est votée par les supporteurs à l'issue de chaque étape.

Bref, après quelques épreuves nécessaires pour se familiariser avec sa monoplace, Stroll s'est récemment montré de plus en plus à l'aise dans la Williams no 18. D'ailleurs, seulement cinq points le séparent de son équipier, le vétéran de 36 ans Felipe Massa, détenteur du 11e rang au classement.

Le Hungaroring mettra la table pour la deuxième portion du calendrier 2017 de la F1. La piste surnommée le tourniquet pour ses multiples virages, principalement dans le deuxième secteur, n'est pas tout à fait adaptée pour les monoplaces Williams, selon Stroll.

« Je pense que ce n'est pas le meilleur parcours pour nos voitures, a-t-il réagi. La nature du tracé, à basse vitesse et techniques, ne correspond pas à la force de nos voitures, mais on ne sait jamais ce qui peut se produire. [...] J'entreprends ce week-end avec confiance, je me sens bien et en forme. »

Approbation du Halo

Questionné au sujet du système de sécurité Halo, qui sera rendu obligatoire dès l'année prochaine, Stroll s'est montré enclin à ce changement qui modifiera quelque peu l'allure des voitures.

« Je pense que pour la sécurité, c'est quelque chose de bon qu'on va avoir en Formule 1. Je n'ai jamais conduit avec le Halo, alors je ne sais pas comment ça va être pour la visibilité. [Concernant] la sécurité, c'est mieux pour nous », a-t-il révélé.

Stroll « ne pense pas » que ce dispositif, un arceau à trois attaches autour du cockpit, modifie la conduite des pilotes. Même son de cloche en ce qui a trait à une possible augmentation de la témérité des coureurs en raison de cet ajout.

« On prend les risques que l'on sait qu'on doit prendre. Après, on utilise notre tête pour bien gérer les courses », a-t-il indiqué.

Stroll a cependant affirmé qu'il « n'était pas un grand supporteur de l'apparence » du Halo. Une opinion partagée par nombre ses collègues.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine