Retour

Synagogue avenue Bernard : la communauté hassidique fera appel aux tribunaux

« Dans une démocratie constitutionnelle, la majorité n’a pas le droit de brimer les droits d’une minorité, donc vous pouvez être surs que nous allons devant les tribunaux » pour contester le nouveau règlement, a déclaré Abraham Ekstein, le porte-parole de la communauté hassidique de Montréal.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, cherche de son côté à calmer le jeu et propose de créer une zone. « Il y a une solution à mon avis. On pourrait reconsidérer la question de Van Horne, il y a peut-être un secteur. On va faire l’analyse en bonne et due forme », promet-il.

La mairesse de l'arrondissement d'Outremont a aussi évoqué la création d'une nouvelle zone, sans préciser de secteur. Marie Cinq-Mars croit que l'arrondissement a fait tout ce qu'il fallait pour que le processus soit démocratique.

La population s’est exprimée, si certaines personnes veulent aller à l’encontre du choix de la population, on vit dans une société de droit, s’ils ont le droit de le faire, qu’ils le fassent.

Marie Cinq-Mars, mairesse de l'arrondissement d'Outremont

Une conseillère d'Outremont, de confession juive, Mindy Pollak, a pour sa part reproché à la municipalité de ne pas avoir choisi la bonne approche. « Il y a du zonage créatif que l’on aurait pu faire. D’autres arrondissements ont pris des décisions plus créatives, qui faisaient l’affaire de tout le monde. »

Dans le quartier Mile-End, des synagogues ont été implantées sur l'avenue du Parc, à d'autres niveaux que le rez-de chaussée, réservé aux commerces pour respecter la vocation de l'avenue.

Plus d'articles