Retour

Terminées, les classes à trois niveaux à l'école Rose-des-vents

L'Alliance des professeures et professeurs de Montréal défend sa décision de ne pas renouveler l'entente annuelle qui permet à l'école alternative Rose-des-Vents d'offrir des classes regroupant des élèves de trois niveaux scolaires.

Ce mode de fonctionnement est en place depuis 30 ans, mais il ne s'appliquera pas à la prochaine rentrée scolaire, en raison du refus du syndicat.

Ce dernier justifie sa décision par le fait que leur convention collective permet de regrouper seulement deux niveaux dans une même classe.

« Ce sont toutes les écoles et les centres de la Commission scolaire de Montréal qui revoient leur projet éducatif et qui demandent des ententes à la pièce », explique Catherine Renaud, présidente de l’Alliance.

Elle estime que ce genre de dérogation affaiblit le rapport de force du Syndicat face à l’employeur.

Les enseignants de l’école, qui jouissent de l'appui des parents, ont déposé une demande au Tribunal administratif du travail pour pouvoir maintenir les classes regroupant trois niveaux l’an prochain.

De son côté, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) s’est déjà dit prête à accorder une dérogation à l’école Rose-des-Vents, comme c’est le cas depuis trois décennies, tout en demandant une plus grande souplesse au syndicat des enseignants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine