Retour

Train Montréal - Sherbrooke : le projet suscite l'engouement des élus

La présentation du projet de liaison ferroviaire entre Montréal, Sherbrooke et Boston a obtenu un accueil favorable de la part de plusieurs conseillers municipaux, mais la municipalité attendra la présentation complète de l'étude de faisabilité avant de décider si elle s'impliquera financièrement dans le projet.

L'homme d'affaires François Rebello, l'instigateur du projet, a fait part des tendances préliminaires de l'étude de faisabilité annoncée en janvier dernier et menée auprès de 1400 personnes. Selon lui, les premiers résultats sont « surprenants ». La demande ne fait aucun doute et l'intérêt serait même « plus grand que prévu », notamment pour le trajet de Sherbrooke à Boston.

« Les chiffres de notre enquête le montrent. Quand on ajoute le marché de longue distance avec Boston, en ajoutant ça au marché plus local de Sherbrooke, ça augmente les revenus globaux pour financer le rehaussement de la voie, explique M. Rebello. C'est avec cet argent qu'on pourra financer d'autres projets, mais il faut répondre à cette demande naturelle. »

Lors de sa présentation, l'homme d'affaires a surtout misé sur des arguments économiques pour tenter de convaincre les conseillers municipaux de la viabilité du projet. Selon lui, l'arrivée d'un train au centre-ville augmenterait considérablement la valeur des terrains situés aux alentours de la gare.Le prix du billet de train Montréal - Sherbrooke serait un peu plus élevé que celui de l'autobus. Toutefois, le tarif serait plus abordable que l'avion dans le cas du trajet de Montréal à Boston.

Un projet touristique ?

Plusieurs conseillers municipaux se sont dits favorables à l'idée, toutefois, la conseillère Hélène Dauphinais a demandé des clarifications quant à l'orientation réelle du projet.

« Est-ce un train touristique ou une réelle alternative pour les gens qui veulent circuler entre les villes », a-t-elle soulevé.

Pour M. Rebello , l'un n'empêche pas l'autre. Toutefois, tout dépendra de la vitesse à laquelle pourra circuler le train, mais l'objectif est de répondre à la clientèle le plus large possible.

« On vise toute le monde. Il y en a qui se déplace pour le travail, d'autres pour des raisons touristiques. Dans ce cas, il faut répondre à l'ensemble de la demande pour convaincre les gens de prendre moins leur voiture », explique-t-il.

Bien que la valeur du projet et son échéancier ne soient toujours pas connus, pour le conseiller Marc Denault, il s'agit tout de même d'une « opportunité à ne pas manquer. »

Le projet est « intéressant » et mérite « une réflexion », selon le président de Destination Sherbrooke, Rémi Demers surtout sur la possibilité d'attirer des touristes américains. Selon les statistiques du bureau d'information touristique de Sherbrooke, depuis 2011, la fréquentation de la clientèle américaine a doublé dans la région

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a félicité M. Rebello pour la présentation de son projet, en soulignant toutefois qu'il attendra l'étude complète avant de prendre position sur le dossier.

Les résultats de cette étude en diront beaucoup sur la suite des choses. L'investissement risque d'être important. On va voir à partir de l'étude de quelle façon nous pourrons nous associer au projet ou non.

Bernard Sévigny

La Ville a déjà investi 7000 $ pour financer l'étude de faisabilité, tout comme sept autres municipalités où circulerait le futur train. L'étude sera présentée au mois de mai ou juin prochain.

Plus d'articles