Retour

Trampoline : Sophiane Méthot, la Québécoise qui a ravi le titre canadien à Rosie MacLennan

Après avoir causé la surprise en décrochant le bronze aux derniers Championnats du monde de trampoline, Sophiane Méthot a prouvé ce week-end que sa place parmi les meilleures athlètes du pays n'était plus à faire. La Québécoise a été sacrée championne canadienne senior, titre que détenait la double médaillée d'or olympique Rosie MacLennan.

Un texte d'Alexandra Piché

« J’étais super excitée! Mes routines étaient vraiment belles. Je n’aurais pas pu demander mieux. Rosie est vraiment bonne et elle m’aide à me dépasser. Ce résultat me donne vraiment confiance pour les prochaines compétitions importantes », a dit Méthot, lundi, à Radio-Canada Sports.

L’athlète de La Prairie a dominé la finale de la compétition disputée à Lethbridge grâce à un pointage total de 157,085, devançant largement la Britanno-Colombienne Samantha Smith (153,880) et l’Ontarienne Bronte Dundas (151,210). En tête au terme des préliminaires, MacLennan a trébuché sur un tapis durant l’exécution de son enchaînement en finale et a dû se contenter du 7e rang.

Il y avait plus de 20 ans qu’une Québécoise n'avait pas décroché le titre de championne canadienne senior en trampoline. La dernière a été Marianne Saint-Jacques en 1997.

« C’est sûr que c’est spécial. Je ne suis cependant pas la seule Québécoise à bien faire. Beaucoup d’athlètes de la province commencent à se démarquer dernièrement et je trouve ça vraiment bien. Ça démontre que nous avons un bon niveau », a indiqué la trampoliniste du club Virtuose, qui a également décroché la première place de l’épreuve synchronisée en compagnie de sa partenaire Sarah Milette.

Cette médaille d’or assure à Méthot sa place dans l’équipe nationale pour la prochaine année. C’est aussi pour elle un gain de confiance important à deux ans des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

« Je pense que je peux dire que 2020 n'est plus un rêve pour moi, mais un objectif, dit-elle. La période de qualification commence en janvier 2019 et j’espère réussir à me tailler une place sur l’équipe. »

Elle ne veut cependant pas se projeter trop loin pour le moment. Elle se concentre d'abord sur sa qualification pour les Championnats du monde, tenus en novembre prochain, en Russie.

La fin d’une période difficile

Ce titre de championne canadienne est plus que significatif pour l’athlète de 19 ans qui a traversé une période difficile au printemps dernier. Elle a dû surmonter un important blocage psychologique, phénomène assez commun dans la carrière d’une trampoliniste. Elle n’arrivait plus à faire son saut d’appel, mouvement de base dans la discipline.

« C’est arrivé juste avant la Coupe Canada et la Coupe du monde d'Italie à laquelle j’étais inscrite. Ce n’était vraiment pas un bon moment. Avec le stress, j’ai réussi à faire mes routines en compétition, mais c’était toujours le blocage à l’entraînement. Rien ne fonctionnait », explique-t-elle.

À son retour à la maison en avril dernier, Sophiane Méthtot a attaqué le problème avec l’aide de plusieurs spécialistes.

« J’ai consulté en psychologie sportive. Ç’a été une grosse épreuve mentale. Le trampoline est un sport périlleux et ça arrive à beaucoup d’athlètes de vivre un blocage comme celui-là. Ce n’est pas super évident à surmonter par contre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque