Retour

Transport de marchandises : des résidents de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve inquiets

Le projet de transport de marchandises d'un promoteur inquiète des résidents de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, qui accusent le maire de l'arrondissement, Réal Ménard, de ne pas les soutenir.

Un texte d'Anne-Marie Provost, de Grand Montréal

Julie Morissette réside à côté d'un terrain par lequel un homme d'affaires veut faire passer des marchandises par camions et trains vers le port de Montréal. Il s'agit d'un projet d'envergure soutenu notamment par le Port de Montréal et le Canadien National (CN), qui veulent travailler de concert dans le cadre de la stratégie maritime du Québec.

C'est à la suite d'un reportage de Radio-Canada que la résidente a été mise au courant des intentions de l'entrepreneur, Charles Raymond. Elle a depuis cofondé un comité opposé au projet et s'organise avec des résidents du secteur. Ils craignent une perte de valeur de leurs propriétés ainsi que le bruit.

Le terrain ciblé est actuellement en train d'être décontaminé.

Un nouveau projet de règlement

L'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve devait adopter au début de l'été une modification à son règlement qui aurait bloqué le projet du promoteur. Toutefois, le vote a été reporté plusieurs fois à la suite de pressions de gens d'affaires et de la Ville de Montréal. Charles Raymond a également envoyé une mise en demeure à l'arrondissement.

Récemment, le maire Réal Ménard a laissé tomber la modification prévue, et l'arrondissement est retourné à la planche à dessin. Une nouvelle proposition de règlement sera dévoilée en septembre au conseil d'arrondissement.

Julie Morissette dit que le lien de confiance avec le maire Réal Ménard est brisé. Elle affirme que le maire a assuré les opposants que la modification prévue pour empêcher le projet serait adoptée

« Il faut trouver l'équilibre », dit Ménard

De son côté, Réal Ménard se veut rassurant et dit garder l'intérêt des résidents bien en tête. Il ne voit pas la situation comme un recul.

Des acteurs en faveur du projet, comme le CN, la Grappe métropolitaine de logistique et transport de Montréal CargoM et le Port de Montréal, seront consultés lors de l'écriture du nouveau projet de règlement qui doit être déposé en septembre.

« L'objectif est d'actualiser le règlement et de s'assurer qu'on a une définition de ce qu'est un pôle logistique, que ce ne soit pas juste des conteneurs à perte de vue et de l'entreposage. Nous voulons une définition moderne qui va nous conduire vers les années 2020, 30, 40 et 50 », affirme Réal Ménard.

Il promet qu'il y aura des consultations à la suite du dépôt du nouvel avis de motion.

De son côté, Projet Montréal reproche au maire de manquer de vision et déplore que les citoyens ne participent pas à la rédaction du nouvel avis de motion.

Les résidents opposés au projet comptent se faire entendre au prochain conseil municipal de la Ville de Montréal, le 22 août. Ils seront également présents au conseil d'arrondissement du 6 septembre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine