Retour

Transport scolaire : syndicat et patronat parviennent à une entente de principe

La grève de 48 heures touchant le transport scolaire dans la région montréalaise, entamée lundi, n'aura pas de suite, a annoncé le syndicat des employés de l'entreprise Transco. Celui-ci a indiqué mercredi soir être parvenu à une entente de principe avec l'employeur.

Le retour au travail des employés s'effectuera dès jeudi matin, et tous les moyens de pression prennent fin immédiatement, peut-on lire dans un courriel transmis par la Centrale des syndicats nationaux (CSN), à laquelle est affilié le syndicat présent à Transco.

Les 330 syndiqués assurent quelque 300 parcours de transport scolaire. Les moyens de pression entamés lundi ont ainsi privé de transport scolaire près de 15 000 élèves des commissions scolaires de Montréal, Marguerite-Bourgeoys, English Montreal et Lester B. Pearson, de même que ceux du Collège Sainte-Anne de Lachine.

La semaine dernière, les syndiqués avaient rejeté la plus récente offre patronale à hauteur de 98 % et ainsi choisi de débrayer temporairement.

Comme l'indiquait en début de semaine la présidente du syndicat, Carole Laplante, les salaires et la durée de la convention collective se trouvaient au cœur du litige.

Les salariés du domaine du transport scolaire ne sont pas rémunérés à l'heure. Ils gagnent 530 $ par semaine et ont un horaire brisé, c'est-à-dire qu'ils travaillent le matin et en fin d'après-midi. Plusieurs d'entre eux gagnent moins de 20 000 $ par année, indique Stephen P. Gauley, président du Secteur transport scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics, affiliée à CSN.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine