Retour

Trois des cinq fugueurs du Centre jeunesse de Laval retrouvés

Trois des cinq adolescents qui ont fugué du Centre jeunesse de Laval au cours du week-end ont été retrouvés.

Le Service de police de Laval confirme que quatre filles et un garçon, dont l'âge varie de 14 à 17 ans, manquaient à l'appel depuis vendredi, mais elle ajoute qu'il s'agit de dossiers distincts.

La mère d'une des jeunes filles qui ont été retrouvées a confirmé que sa fille avait fugué du centre jeunesse. Un peu plus tôt, elle disait craindre qu'elle recrute ou se livre à des activités de prostitution. Selon elle, sa fille n'en était pas à sa première fugue.

L'adolescente est retournée à son domicile. Elle est en bonne santé, aux dires des policiers de Laval.

Les policiers sont prudents pour l'instant quant aux raisons qui ont pu pousser ces jeunes à fuguer.

« On ne peut pas dire que c'est directement relié à [de la prostitution]. Sont-ils dans le Nord à Mont-Tremblant, dans une fête? Dans un pool party sur la Rive-Sud avec des amis? Sont-ils au centre-ville à cause de la F1? Des médias disent : "Est-ce pour faire de la prostitution?" Pour l'instant, on garde toutes les avenues ouvertes », affirme le porte-parole du Service de police de Laval, Franco Di Genova.

La mère de la jeune fille a déploré le manque de mesures prises par la police. « On surveille les aéroports, le centre-ville, mais le centre jeunesse, lui, non, a-t-elle déclaré. Comment se fait-il qu'il n'y ait pas de policiers pour [le] surveiller? »

M. Di Genova soutient que les policiers faisaient tout ce qui était en leur pouvoir, et qu'il en allait de même pour le centre jeunesse.

Radio-Canada a pu s'entretenir avec une autre adolescente qui fréquente le Centre jeunesse de Laval. Elle est catégorique : cette semaine, certaines filles parlaient de fugue pour se prostituer ou vendre de la drogue pendant le Grand Prix.

« Elles disaient qu'elles voulaient faire de l'argent cette fin de semaine avec les touristes qui venaient pour la F1. Certaines parlaient de faire entre 30 000 et 50 000 $ », dit l'adolescente, qui veut garder l'anonymat.

Prostitution pendant le Grand Prix

Tout juste avant le Grand Prix, divers organismes à Montréal ont effectué une mise en garde contre l'exploitation sexuelle en lançant une campagne de sensibilisation pour les touristes et la population. La tenue du l'événement fait grimper l'offre et la demande sur le plan de la prostitution juvénile.

L'hiver dernier, une série de fugues survenues au Centre jeunesse de Laval avaient retenu l'attention des médias. Québec avait nommé un vérificateur qui s'était penché sur le phénomène des fugues liées à l'exploitation sexuelle. Le gouvernement avait accueilli favorablement ses recommandations. Mais des parents qui ont vécu de près ce phénomène après que leur fille eut fugué dénonçaient le manque de solutions concrètes dans son rapport.

Avec les informations de Louis-Philippe Ouimet

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine