Le Français Jo-Wilfried Tsonga s'est offert un bain de foule et un contact avec l'avenir du tennis québécois, jeudi, à Montréal.

Il a été rejoint par Félix Auger-Aliassime, sensation du récent Challenger de Granby, pour une séance de mini-tennis en compagnie de la jeune relève d'ici.

Pour Tsonga, Montréal rime avec succès. Il y a deux ans, la 12e raquette mondiale avait connu une excellente semaine en atteignant les demi-finales.

L'an dernier, à Toronto, Tsonga a vu sa série de succès canadiens culminer avec des victoires contre Andy Murray, Novak Djokovic et Roger Federer, et le titre de champion de l'étape canadienne.

Sans surprise, Tsonga s'est dit heureux d'être de retour à Montréal pour renouer, espère-t-il, avec le succès, la simplicité et la gentillesse des amateurs d'ici.

« On a la chance de voyager à travers le monde et de jouer dans des villes magnifiques. Mais Montréal, pour nous les Français, c'est assez particulier parce qu'avec notre anglais qui est vraiment mauvais, ici on s'en sort pas trop mal. On découvre une culture différente et on est à chaque fois ravis de rencontrer les Montréalais », a expliqué Tsonga.

Il se sent d'attaque

Interrogé sur son état de santé, Tsonga s'est fait rassurant sur les douleurs abdominales qui ont miné sa saison jusqu'à présent. Le fait de rejouer sur une surface dure ne semble pas l'effrayer.

Le Français a ensuite eu quelques mots d'encouragements pour le jeune Auger-Aliassime. Mais il a rappelé qu'il avait encore bien des étapes à franchir et qu'il était normal que Tennis Canada veuille le protéger.

Le Québécois de 14 ans a déjà parlé de Tsonga comme d'un joueur qu'il admirait. Auger-Aliassime a en commun avec lui d'être préparé par Louis Borfiga, qui a déjà été l'entraîneur de son idole.

« Être entraîné par Louis Borfiga, c'est déjà la garantie d'être bon », a dit Tsonga sourire en coin.

Plus sérieusement, Tsonga a vanté les mérites de celui qui fait maintenant profiter les plus grands espoirs canadiens de sa vaste expérience.

« C'est quelqu'un qui est très à l'écoute, quelqu'un de chouette, tout simplement. On le regrette beaucoup en France. Vous avez la chance de l'avoir ici. Il a entraîné tous les joueurs français que vous voyez aujourd'hui sur le circuit professionnel. C'est vous dire à quel point il est bon, et il continue son bon travail ici avec vos jeunes », a conclu Tsonga.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine