Retour

Un bébé retrouvé seul dans un appartement incendié à Montréal

Des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont sauvé des flammes une fillette de 18 mois dans un immeuble de la rue Dézéry, près de l'intersection de la rue de Rouen, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

C'est un homme en détresse psychologique, barricadé chez lui, qui a sauvé sans le savoir la fillette d'une mort certaine.

Les policiers du groupe d'intervention qui étaient appelés à intervenir auprès de l'homme en question ont été prévenus par des citoyens qu'un incendie était en cours rue Dézéry, vers 00 h 45.

Ils se sont alors précipités dans l'immeuble à logements en flammes, et c'est en procédant à l'évacuation des logements que les agents ont découvert la fillette en détresse respiratoire, seule dans l'un des appartements.

Les policiers ont réussi à la sortir de l’immeuble en rampant au sol en raison de l’épaisse fumée. La petite a été transportée d’urgence à l’hôpital. On ne craint plus pour sa vie, dit le SPVM.

Huit policiers ont également été incommodés par l’épaisse fumée qui se dégageait de l’incendie en aidant les résidents de l’édifice à évacuer leur appartement. Quatre d'entre eux ont dû être emmenés à l'hôpital.

Un feu de cuisson serait à l'origine de l’incendie, selon les premières constatations.

L’intervention des policiers et des pompiers n’a pas été facile lors de cet incendie. Ils ont dû défoncer plusieurs portes afin d’aider une quarantaine de résidents à sortir de l’immeuble incendié.

Le directeur du SPVM, Philippe Pichet, a salué la bravoure des policiers, parlant d’un « geste héroïque digne de mention ».

Une gardienne au passé criminel

La gardienne qui avait la responsabilité de l'enfant a été arrêtée relativement à cette affaire. Elle était en train de cuisiner, et se serait rendue dans un autre appartement, laissant la fillette seule.

La dame de 49 ans demeure détenue pour le moment. Elle a subi un interrogatoire et pourrait comparaître vendredi sous des accusations de négligence criminelle, notamment.

Ce n'est toutefois pas la première fois qu'elle fait face à la justice.

En 2015, elle avait été reconnue coupable de trafic de drogue et avait écopé de deux ans moins un jour de prison. Elle est également accusée de vol dans une autre cause pendante.

La mère du bébé, Marie St-Amour, se trouvait à Toronto au moment des faits. Elle était au courant des antécédents judiciaires de la gardienne, mais a assuré qu'elle avait « toujours été une très bonne gardienne ».

Or, elle n'a pu que constater aujourd'hui le comportement pour le moins inquiétant de la dame. Cette dernière lui a d'abord faussement indiqué que l'incendie s'était déclaré dans l'appartement au-dessus du sien, avant qu'elle n'apprenne la vérité.

« J'ai appris durant la soirée que c'était mon appartement qui avait pris feu parce qu'elle avait laissé quelque chose sur [la cuisinière] », a expliqué Mme St-Amour.

« Quand elle a vu qu'il y avait le feu, elle est allée chez moi sauver son chien. Elle a laissé mon chien, mon chat et ma fille dans l'appartement », a-t-elle déploré.

Plus d'articles

Commentaires