Retour

Un camp de jour policier pour des enfants de Longueuil

Une douzaine d'enfants participeront au début juillet au premier camp d'apprentis policiers du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL).

Ils apprendront les rudiments du métier, pendant la première semaine de juillet, grâce à des ateliers qui leur feront vivre la réalité des différentes sections du SPAL, comme celle de l’identité judiciaire, la patrouille spécialisée, l’escouade canine ou le groupe d’intervention. Ils auront également l’occasion de visiter le palais de justice de Longueuil et l’École nationale de police du Québec à Nicolet, ainsi que de rencontrer des partenaires des policiers, comme les pompiers et les ambulanciers.

Cette semaine d’activités est une initiative de l’agente Audrey Desaulniers, à l’emploi du SPAL depuis quatre ans.

« J’ai décidé de m’impliquer auprès des jeunes et d’organiser un camp de jour d’une durée d’une semaine pour essayer d’avoir des petits ambassadeurs, des futurs policiers », relate-t-elle en entrevue à l’émission Isabelle Richer.

Les sept filles et cinq garçons ont été sélectionnés parmi plusieurs candidats dans deux écoles primaires de Longueuil. Ils devaient notamment rédiger une lettre de motivation.

Une participante enthousiaste

« C’est généreux, ce travail. Je respecte beaucoup les policiers pour ça », explique l’une des participantes, Mariia Kleschoua, qui termine sa cinquième année à l'école.

Comme les autres enfants choisis, elle a appris qu'elle serait de l'expérience quand des policiers sont venus la surprendre pour le lui annoncer en personne.

« Mariia est une fille super motivée et c’est ça qui m’a allumée quand l’ai vue. Tout de suite, j’ai dit qu’il nous fallait cette petite fille-là dans le camp », a raconté l'agente Desaulniers. Un trait de caractère qui est apparu évident en entrevue.

« Je pense que ça va vraiment être le fun d’être là-bas », dit la fillette.

Mariia songe à peut-être devenir policière, plus tard, même si elle reconnaît que les dangers inhérents au métier de policier lui font « un peu » peur.

« Mais quand je me dis dans ma tête "Mariia, tu peux aider des gens", je veux quand même. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Chien qui s'endort lors de son bain