Un couple des Laurentides vit des moments difficiles après s'être fait enlever son cerf de Virginie par des agents de la faune. Yves Martel et Brigitte Thomas l'avaient recueilli bébé, il y a plus de 4 ans, et le considèrent comme un membre à part entière de leur famille.

L'histoire d'amour commence au printemps 2012. Une amie apporte au couple un faon trouvé au bord de la route à proximité du cadavre de sa mère, morte frappée par une voiture.

La petite biche n'a que quelques jours. Elle sera nourrie au biberon. Elle est vite adoptée par les deux chiens labrador du couple qui dispose d'un grand terrain à Wentworth Nord, dans les Laurentides.

Ils la baptisent May, car l'animal est né au mois de mai. Elle grandit vite et on lui construit un enclos de 14 000 mètre carrés. May a aussi accès au sous-sol de la maison en tout temps.

Une séparation douloureuse...

La relation particulière avec l'animal a pris fin abruptement lundi quand des agents de la faune ont saisi la biche et l'ont emportée.

Ils l'ont d'abord endormi avant de la conduire dans un refuge.

« Notre député est en pourparlers avec le ministre (des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec) pour que l'on puisse trouver une solution pour avoir un permis pour la ravoir » dit Brigitte Thomas.

« Ils ont beau nous dire qu'elle est bien en refuge, (…) les agents de la faune nous ont dit qu'elle était en très bonne santé: beau pelage, bon poids, mais on sait que psychologiquement, c'est impossible », déplore-t-elle.

Elle doit se demander où on est, parce qu'on est sa seule famille.

Brigitte Thomas

Yves et Brigitte souhaitent obtenir un permis spécial de garde ou encore une dérogation ministérielle. Ils savent que la loi au Québec interdit de posséder un animal sauvage. Ils s'attendent d'ailleurs maintenant à recevoir un constat d'infraction de plusieurs centaines de dollars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine