Le réaménagement de la Plaza Saint-Hubert, à Montréal, devrait finalement coûter 55 millions de dollars, a annoncé mercredi la mairesse Valérie Plante, dont l'équipe a « revu et bonifié » le projet de 49 millions qu'avait présenté son prédécesseur Denis Coderre. Et il n'y aura plus trois, mais deux voies : une pour la circulation, l'autre pour le stationnement.

Exit, donc, le concept d'alternance entre trottoir large et trottoir étroit pour laisser place à des espaces de stationnement sur une troisième voie. Un tel aménagement aurait compliqué le déneigement de la rue, a expliqué François Limoges, conseiller de Rosemont–La Petite-Patrie.

Le projet revisité prévoit des trottoirs élargis continus en pavés de béton avec des bordures de granit; une voie de stationnement sur la gauche; une voie de circulation « multiusage » pouvant accueillir les véhicules et les vélos, quelque 200 arbres des deux côtés de la rue, ainsi que deux places publiques.

Comme le voulait déjà le projet du maire Coderre, les nouveaux plans prévoient également une nouvelle marquise plus moderne, plus légère et plus claire que celle qui est en place depuis 1984. Celle-ci n'obstruera plus les fenêtres du deuxième étage des bâtiments, car elle sera pratiquement à plat. Et elle sera conçue de manière à éviter qu'elle serve de nichoir aux pigeons, a assuré Mme Plante.

Les travaux à venir visent aussi à mettre à niveau les infrastructures souterraines, dont les conduites d'égout et d'aqueduc. Ils devraient débuter en août prochain pour se terminer vers la fin de 2020.

« Nous profiterons de la nécessité de reconstruire les infrastructures pour propulser la Plaza Saint-Hubert dans le 21e siècle », a déclaré Mme Plante.

« Le nouvel aménagement sera convivial et invitant, a assuré Mme Plante. Il nous permettra de dynamiser cette artère commerçante emblématique et d'en faire un pôle attractif où la population aura envie de s'attarder. »

Des commerçants rencontrés par Radio-Canada s’inquiètent toutefois pour leurs affaires, qui risquent de moins bien rouler pendant la durée des travaux.

« Ça va être dur pour les commerces, mais après, ça va être bon, c’est sûr », a prédit Mohamed Bissouda, qui tient une boutique de vêtement pour femmes.

La Ville affirme que les travaux de réaménagement se feront par tronçons pour éviter le plus de désagrément possible.

Plus d'articles