Le spectacle a été étourdissant. Un peu trop même au goût des entraîneurs. Oui, l'Impact et le Toronto FC se sont livrés un duel palpitant, mais seulement après avoir constaté l'erreur d'amateur d'un préposé au terrain.

Le début du premier match de cette finale de l'Est a en effet été retardé d'une trentaine de minutes parce que les dimensions des deux surfaces de réparation n'étaient pas réglementaires. Dans les faits, elles étaient trop petites.

« C'est une erreur humaine, a été forcé d'admettre après la rencontre le vice-président de l'Impact Richard Legendre, mal à l'aise. Cet employé s'occupe de cette tâche depuis plus de trois ans. Mais c'est notre responsabilité. Nous aurions dû faire nos vérifications. Ça ne doit pas arriver. Jamais. »

Plus de 61 000 spectateurs ont donc regardé des ouvriers repeindre quatre lignes blanches pendant que les joueurs attendaient calmement la fin des travaux aux vestiaires. Un vaudeville avant une grande mise en scène.

Mais pour en finir avec ce préposé à la tête ailleurs, il faut avouer qu'il s'est royalement trompé. L'écart entre la bonne mesure et celle calculée sur le terrain étant de près de deux mètres pour chaque ligne. Mais à sa défense, les joueurs des deux équipes se sont entraînés sur ce terrain sans détecter quoi que ce soit...

Un départ canon

Les joueurs de l'Impact ont fourni de nombreuses occasions à des spectateurs énergiques de manifester leur partisanerie. Dominic Oduro a donné le ton à la rencontre avec un but qui lui a valu 114 décibels d'encouragements selon une estimation fournie par l'Impact. Les buts de Mancosu et d'Oyongo ont ensuite soulevé cette foule pendant que les partisans du Toronto, regroupés dans leur coin, croyaient regarder un mauvais film. Mais les Torontois ont fait durer le suspens jusqu'au prochain match en inscrivant deux buts.

L'entraîneur-chef de l'Impact Mauro Biello semble devenu un habitué de ce type de scénario.

« C'est un peu notre saison, a-t-il résumé. C'est toujours comme ça. Ça doit être difficile. Mais ils doivent nous battre. Rien ne change. »

L'entraîneur du Toronto FC, Greg Vanney, est heureux de la remontée de son équipe, mais avec un bémol.

« Le spectacle a été divertissant mais comme entraîneur, je n'ai pas beaucoup aimé l'allure de cette rencontre. »

Comme ses coéquipiers, le capitaine de l'Impact Patrice Bernier a perçu un relâchement après le troisième but.

« On n'a pas bien joué pendant cinq minutes, a-t-il dit. Il faut rectifier le tir et nous savons comment. Nous avons gagné et ils devront sortir le grand jeu pour nous battre. »

Drogba fait ses adieux

Didier Drogba a foulé le terrain pour une dernière à Montréal dans l'uniforme de l'Impact. L'Ivoirien, à qui le propriétaire Joey Saputo a remis une peinture à la fin du match, a profité de l'occasion pour remercier les amateurs et confirmé son départ au terme de cette saison.

« Mon contrat se termine au bout de cette saison et on ne repartira pas ensemble, a-t-il précisé dans le vestiaire après avoir annoncé aux partisans sur le terrain que « c'était dommage que ça finisse. »

Drogba tient à terminer son association avec l'Impact sur une bonne note.

« On va tout faire pour se qualifier pour la finale à Toronto. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?