Il est écrit, dans le concept de l'émission Les échangistes, qu'ils sont là pour pimenter les soirées. On a décidé d'aller les rencontrer pour en savoir un peu plus sur eux. Repêchée pour la saison estivale 2018 des Échangistes, Manal s'est fait connaître par ses textes rafraîchissants aux opinions d'une pertinence redoutable, partagés allègrement sur les réseaux sociaux. Fidèle collaboratrice à la radio sur les ondes d'ICI Première, elle est accueillie avec bonheur au petit écran!

En début de saison, vous disiez qu’il s’agissait de vos premiers pas à la télé. Après quelques semaines, qu’est-ce que vous aimez et qu’est-ce que vous aimez moins dans l’idée de faire de la télé?

J’aime plus ça que je croyais. J’aime que le rythme soit rapide, mais c’est à double tranchant, car ça restreint un peu. Il faut être organisé, faire le tri dans ce qu’on peut dire ou ne pas dire. Et ça rejoint un public plus large qu’à la radio. Plus c’est général, plus on doit adapter son contenu. Aussi, je suis habituée à l’écrit, et à la télé, tu ne peux pas te reprendre si tu manques un mot ou si tu formules mal ton idée.

Depuis votre arrivée à la télé, qu’est-ce qui a changé pour vous?

Mon compte de banque! (Rires.) Je me fais plus souvent reconnaître. Et ça m’a donné plus d’assurance. La télé, c’était le média qui me rendait le plus anxieuse, donc maintenant que c’est fait, c’est fait! Mon insécurité est de moins en moins présente.

Quel rôle pensez-vous jouer dans cette émission? C’est quoi votre casting?

Je pense que je suis la féministe irrévérencieuse. J’ai selon moi le rôle le plus politisé qu’il peut y avoir dans une émission de variétés, grand public de fin de soirée.

Qu’est-ce que vous gardez en tête dans chacune de vos interventions?

De toujours poser des questions qui m’intéressent vraiment. Je me mets dans la peau du spectateur et je me dis que pour entendre la réponse, je resterais même si j’ai une grosse envie de pipi! Tu vois le genre? Ne pas tomber dans le convenu et le consensus, ce qui est une belle acrobatie dans une émission de variétés.

Avez-vous l’impression d’avoir une liberté de parole en télé que vous n’avez pas ailleurs?

En fait, je ne me sens tellement pas limitée à la radio, donc je ne crois pas que la télé me donne un espace de liberté supplémentaire. Mais mon message est entendu par un auditoire beaucoup plus large à la télé.

Avez-vous un rêve à réaliser d’ici la fin de la saison?

Poser une question et en faire sortir un scoop, ça serait génial.

Qui avez-vous hâte de rencontrer dans le siège des invités?

Je n’ai pas le gène de la groupie. Même ceux dont j’admire énormément le travail, ça ne me dérange pas de ne pas les rencontrer. C’est drôle que je fasse ce métier même si je n’ai pas cet intérêt-là.

Avec quel échangiste voudriez-vous prendre un coup dans les coulisses?

Alex Perron, ça serait un chum de brosse amusant, Jean-Sébastien Girard aussi et Philippe Fehmiu. Repose-moi la question après le party de fin de saison. (Rires.)

Avec quel échangiste voudriez-vous vous obstiner en ondes?

Nathalie Petrowski.

Avec quel échangiste voudriez-vous avoir un rapprochement amical?

J’aimerais être amie avec Jean-Sébastien.

Cet automne, Manal sera coanimatrice du nouveau projet web On se fera pas d'amis! Elle sera chroniqueuse à la nouvelle émission L’heure est grave à Télé-Québec et elle continuera sa collaboration à l’émission Plus on est de fou, plus on lit!.

***

Les échangistes

Du lundi au jeudi à 21 h à ICI Radio-Canada Télé

Plus d'articles