Retour

Un entraîneur de cirque accusé de crimes sexuels veut être libéré

Un ancien professeur de l'École nationale de cirque, accusé de crimes sexuels sur un adolescent, saura vendredi si le tribunal accepte de le remettre en liberté. Marcelo Berti Marques est détenu depuis son arrestation, la semaine dernière. La Couronne a entre autres invoqué la sécurité du public pour s'opposer à sa remise en liberté, jeudi, au palais de justice de Montréal.

Un texte de Geneviève Garon

L'ex-entraîneur en arts du cirque n'a pu retenir ses larmes alors qu'il témoignait en portugais, menotté, très frêle dans le box des accusés, portant la même veste de sport bleue que lors de sa comparution il y a une semaine.

S'exprimant avec l'aide d'une interprète, Marcelo Berti Marques semblait accablé alors qu'il tentait de convaincre le juge Manlio Del Negro, de la Cour du Québec, de le remettre en liberté en attendant la suite des procédures judiciaires.

Une de ses amies, qui a témoigné en sa faveur, pleurait elle aussi dans la salle d'audience.

Les détails de l'enquête sur remise en liberté sont frappés d'une ordonnance de non-publication.

L'homme de 44 ans fait face à quatre chefs d'accusation pour des crimes qui auraient été commis en ligne le 21 avril dernier.

Il est accusé de leurre d'enfant, d'incitation à des contacts sexuels, de possession de pornographie juvénile et d'avoir rendu accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite.

La présumée victime est un ancien élève de l'École nationale de cirque, âgé de 15 ans.

S'il est condamné, les crimes pour lesquels il est accusé entraînent une peine minimale de six mois ou un an, la peine maximale étant de 10 ou 14 ans.

Risque de fuite

C'était à la poursuite qu'incombait le fardeau de démontrer que l'accusé doit demeurer détenu.

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales a invoqué les trois critères prévus au Code criminel.

Me Jérôme Laflamme craint que le ressortissant brésilien fuie les procédures judiciaires.

Il s'inquiète aussi pour la sécurité de la population et estime que la détention est nécessaire afin de ne pas miner la confiance du public envers l'administration de la justice.

L'avocat de l'accusé, Me Michael Morena, a plutôt tenté de convaincre le tribunal que son client peut respecter toutes les conditions de remise en liberté jugées nécessaires par la Cour.

Le juge Del Negro a pris l'affaire en délibéré et rendra sa décision vendredi.

Enquête toujours en cours

Le Service de police de la Ville de Montréal poursuit son enquête à la recherche d'autres victimes de Marcelo Berti Marques.

Aucune nouvelle accusation n'a été portée contre lui depuis sa comparution.

L'École nationale de cirque a relevé de ses fonctions Marcelo Berti Marques dès son arrestation, après près de deux ans de service.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine