Retour

Un incendie détruit trois immeubles patrimoniaux du Vieux-Montréal

Un incendie a nécessité une alerte générale dans la nuit de jeudi à vendredi à Montréal. Malgré l'intervention de 150 pompiers, le feu a complètement détruit trois immeubles vacants du Vieux-Montréal, qui faisaient l'objet d'un énoncé d'intérêt patrimonial de la ville de Montréal.

Un reportage de René Saint-Louis

Les pompiers sont arrivés au coin des rues Wellington et King vers 23 h, mais ce n'est que vers 9 h du matin qu'ils sont parvenus à éteindre les dernières flammes.

L'embrasement généralisé ne leur a pas permis d'entrer à l'intérieur des édifices de trois à cinq étages.

« Notre intervention a été en mode défensif, c'est-à-dire qu'on est resté à l'extérieur en raison des risques d'effondrement. Et là, il ne reste que les façades des bâtiments et on est en train de voir ce qu'on va faire avec ça. On a des pelles mécaniques qui sont sur les lieux », a dit Martin Guilbault, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Montréal.

Un sauvetage et un suspect

Lors de leur arrivée, les pompiers ont procédé au sauvetage d'un homme de 52 ans qui se trouvait au 3e étage de l'édifice situé à l'intersection des rues Wellington et King. Il appelait à l'aide par l'une des fenêtres. Il a été conduit dans un hôpital en raison d'une intoxication à la fumée.

Des enquêteur de la police de Montréal l'ont par la suite interrogé puis relâché. Le porte-parole du SPVM, Jean-Pierre Brabant, affirme que l'homme est probablement un itinérant qui se trouvait à l'intérieur pour s'abriter. Le SPVM a néanmoins ouvert une enquête pour incendie criminel, une hypothèse soutenue par d'autres indices sur le terrain.

Personne d'autre n'a été blessé par l'incendie ou lors des opérations d'extinction. Une dizaine d'unités d'habitation voisine ont cependant dû être évacuées en raison de l'intense fumée.

Patrimoine

Les immeubles détruits sont un coin de rue plus à l'ouest de la limite officielle de l'arrondissement historique du Vieux-Montréal. Ils ne sont donc pas protégés par le statut patrimonial du secteur. Ils faisaient néanmoins tous trois l'objet d'un énoncé d'intérêt patrimonial émis par la ville en 2012.

« Ce sont de belles façades en pierres grises qui font partie du patrimoine de Montréal. C'est le Montréal industriel du 19e siècle. C'est triste parce que c'est une page de l'histoire de Montréal qui part en fumée. Et malheureusement ça arrive souvent. Ce n'est pas la première fois », dit l'un d'eux.

De son côté, le porte-parole de l'organisme Héritage Montréal, Dinu Bumbaru, croit que la ville devrait faire l'effort de préserver les façades encore debout. Selon lui, la maçonnerie du 19e siècle est en général très robuste. Il souligne qu'elles devaient d'ailleurs être intégrées à un projet immobilier qui avait reçu le feu vert de la Ville.

« Ces édifices font partie du patrimoine de la ville. On devrait coupler les mesures d'urgence à un sens de devoir patrimonial et la ville à des architectes et des ingénieurs pour ça. On se trouve ici dans le Faubourg des Récollets, devenu la cité du multimédia, un secteur qui mérite toute notre attention. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine