Retour

Un instrument de 33 centimètres oublié dans l'abdomen d'une patiente

EXCLUSIF - Le CHUM parle d'un incident très rare. Pour le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, cet incident ne doit pas provoquer une perte de confiance dans le système.

Un texte de Davide Gentile

Les 10 derniers mois ont eu des allures de chemin de croix pour Sylvie Dubé. Après avoir noté un important gonflement de l'abdomen, sa médecin lui annonce le diagnostic en octobre 2016.

« Elle m'annonce que c'est un cancer à l'ovaire », relate Mme Dubé. Elle passe l'hiver en chimiothérapie avant de subir une hystérectomie, le 14 mars dernier. L'opération a lieu à l'Hôpital Notre-Dame du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM).

Dès le réveil, Mme Dubé est saisie par la douleur. Une douleur qui touche non pas l'abdomen, lieu de l'intervention, mais une de ses épaules. « C'était comme un coup de couteau » se rappelle la Montréalaise. Les infirmières et son médecin lui indiquent qu'il est fréquent qu'une hystérectomie provoque des douleurs ailleurs qu'à l'abdomen.

Sylvie Dubé commence alors à chercher des solutions, d'abord chez un physiatre. « Il me fait passer des radiographies à l'épaule. Tout est normal. »

Dans les semaines qui suivent, elle prend des anti-inflammatoires et reçoit une douzaine d'injections de cortisone. Des médicaments qui s'ajoutent à ceux de sa chimiothérapie, qu'elle reprend le 4 mai. La douleur va alors en augmentant et son anxiété aussi. « C'est là et ça se promène. De la côte à l'épaule, de la côte à l'épaule », décrit-elle.

Alain Cadieux, son partenaire depuis 35 ans, souffre de la voir dans pareil état. « Quand ta blonde pleure parce qu'elle dit que ça fait vraiment trop mal, c'est vraiment tough », dit-il. Découragé, le couple se rend à l'urgence de Notre-Dame le 22 mai.

Un scanner est demandé par la médecin de l'urgence. Les radiologistes, stupéfaits, annoncent rapidement les résultats à Sylvie Dubé.

Son conjoint, qui est sur place, est abasourdi. « J'essayais de calculer et je me disais : 33 cm, c'est gigantesque! »

Le rapport médical est clair. Il indique que l'objet « correspond à un corps étranger, probablement chirurgical, laissé en place au cours de la chirurgie du mois de mars 2017. »

Sylvie Dubé est opérée le 25 mai. On lui ouvre à nouveau l'abdomen pour retirer l'objet quelques jours après une autre séance de chimiothérapie.

Pour le moment, on ne sait pas ce qui s'est passé et qui est responsable de cette erreur.

« Ça reste quelque chose d'exceptionnel », affirme le docteur Charles Bellavance, directeur des affaires médicales et universitaires au CHUM. L'institution a lancé une vérification pour comprendre ce qui est arrivé. M. Bellavance rappelle qu'il y a « beaucoup de précautions qui sont prises autour d'une intervention chirurgicale ».

Le Québec, pire province du Canada

Gaétan Barrette estime qu'il s'agit d'un événement très malheureux, mais selon lui, le risque zéro n'existe pas dans un bloc opératoire. Le ministre de la Santé rappelle qu'un décompte des instruments et des compresses a lieu au début et à la fin d'une intervention.

M. Barrette est convaincu que cette affaire ne doit pas réduire la confiance des patients. « Il ne faut pas penser par cette nouvelle-là [...] que notre réseau particulièrement dans les blocs opératoires [...] est à risque », dit-il.

Ce genre d'incident est rare, mais le Québec serait la pire province du Canada à ce chapitre. Sur 100 000 interventions médicales et chirurgicales, on compte, au Québec, 11,6 cas de corps étrangers laissés dans l'organisme. La moyenne canadienne est de 8,6, et de 7,5 en Ontario.

Rien n'indique que la situation est pire au CHUM qu'ailleurs au Québec. Mais Sylvie Dubé et son conjoint ont porté plainte au CHUM pour améliorer les choses. « Pour que ça bouge le plus vite possible. Notre but, c'est ça » relate Alain Cadieux.

Le CHUM a déjà modifié certaines procédures. « On sympathise avec la patiente. C'est certain qu'il y a des correctifs qui sont apportés », affirme Charles Bellavance du CHUM.

La douleur à l'abdomen a enfin disparu pour Sylvie Dubé. Solide dans l'épreuve, elle refuse de penser que ces déboires ont pu nuire à son traitement contre le cancer.

« Depuis ce diagnostic-là, on a pris le côté du positivisme », dit-elle.

Plus d'articles

Commentaires