Retour

Un laboratoire d'analyse génétique unique au pays, à l'Institut de cardiologie de Montréal

Les patients atteints de maladies cardiovasculaires pourront bientôt connaître les risques supplémentaires inhérents à leur maladie au moyen d'un simple test sanguin réalisé à l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM). L'établissement de santé s'est doté d'un nouveau laboratoire d'analyse génétique qui pourrait contribuer à sauver bien des vies.

Unique au Canada, le Centre de génétique cardiovasculaire de l'ICM dispose d'équipements modernes, dont un séquenceur d'ADN qui permet de mener des évaluations génétiques sur huit personnes en même temps. En plus d'être de plus grande portée, ce séquenceur permettrait d'obtenir les résultats plus rapidement; alors que certains patients devaient parfois attendre plus d'un an, ils pourront désormais avoir accès à leurs résultats après trois mois.

Le docteur Peter Guerra, chef du département de médecine et de cardiologie à l'ICM, se réjouit de la modernisation des équipements de l'établissement de santé.

« C'est une avancée assez importante [...] C'est un appareil [le séquenceur] qui va vraiment aller chercher le diagnostic moléculaire de façon rapide, efficace et peu coûteuse pour grand nombre de patients et leur famille », explique-t-il.

Pour les responsables du laboratoire, il s'agit d'une avancée significative dans le domaine de la médecine personnalisée. Car en vertu de ces évaluations génétiques, il sera possible de déterminer si un patient atteint d'une maladie cardiovasculaire est porteur de gènes défectueux pouvant aggraver les conséquences relatives à sa maladie. Les tests pourront également être effectués sur les membres de la famille des personnes malades.

La génétique, un facteur important

Alors que par le passé la médecine avait tendance à considérer les mauvaises habitudes de vie comme principales responsables du développement des maladies cardiovasculaires, les chercheurs sont de plus en plus enclins à considérer que la génétique joue aussi un rôle important dans l'apparition de ces troubles de santé.

Au pays, au moins 40 000 personnes seraient touchées par des problèmes génétiques constituant des facteurs aggravants dans le développement et les conséquences de certaines maladies cardiovasculaires.

Le séquençage d'ADN, qui sera dorénavant plus précis, permettra également d'adapter la posologie des médicaments aux besoins réels des patients. Certains médicaments peuvent présenter des effets secondaires qui diffèrent d'un individu à l'autre, notamment en raison de la diversité des codes génétiques chez les humains.

Le Centre de génétique cardiovasculaire prévoit aussi accepter les tests génétiques des autres provinces canadiennes. Dans les provinces de l'Ouest, par exemple, les Canadiens qui doivent réaliser ces tests doivent souvent le faire dans le privé et être prêts à débourser une somme d'environ 5000 $ pour les faire analyser aux États-Unis.

« Ça change la vie des patients. Ce que ça nous donne, ces appareils-là, c'est la possibilité d'apporter des diagnostics pour des patients qui présentent de très hauts risques de mortalité. Le plus de patients que l'on peut faire, le plus rapidement possible, le plus efficacement possible, en leur apportant le bon diagnostic et les traitements préventifs qui peuvent empêcher la mort subite [...] c'est d'une importance capitale », conclut le docteur Guerra.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine