Retour

Un laitier montréalais prend sa retraite après 67 ans de service

Arnaldo de Castris livrait du lait dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce depuis son adolescence. Après 67 ans de service, l'homme de 82 ans a été contraint de prendre sa retraite.

« Mon camion s’en vient vieux, et je deviens vieux. On s’en va ensemble », a confié le nouveau retraité à l’émission Homerun de Radio-Canada.

Travailler dans les mêmes rues pendant des décennies a permis à de Castris de faire de formidables rencontres. « Tous mes clients sont mes amis. On se connaît depuis tellement longtemps. »

L’homme faisait encore des livraisons en décembre dernier, mais son corps ne pouvait tout simplement plus suivre. « Je ne voulais pas prendre ma retraite, mais je n’ai pas eu le choix. » C'est son médecin qui lui a conseillé de se reposer. « Vous avez 82 ans, pas 22! », lui a-t-il rappelé.

Depuis qu’il a cessé de travailler, M. de Castris affirme qu’il apprécie un nouveau luxe : dormir plus longtemps. « Peut-être que ça m’aidera à redevenir fort », dit-il.

Peu de choses ont changé dans le quartier selon lui. À l'époque où la plupart des mères restaient à la maison pour s'occuper de leurs enfants, il y avait toujours quelqu'un à la maison lors de la livraison avec qui il pouvait jaser. La division du travail a bien changé au cours des sept dernières décennies, et son industrie en a souffert.

« Le porte-à-porte est en train de mourir », affirme-t-il.

Son cousin a pris sa relève et s'occupe désormais de ses livraisons. Le nouveau retraité espère pouvoir l'accompagner sous peu afin de saluer ses clients fidèles.

Certains de ces derniers ont recours à ses services depuis le tout début de sa carrière, dont une dame de 97 ans. « Elle va s’ennuyer de moi, mais elle est heureuse pour moi. »

Plus d'articles