Retour

Un piéton happé mortellement par un camion de déneigement

La mort d'un homme de 50 ans, happé par un camion de chargement de neige dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, relance l'enjeu de la sécurité des piétons.

Le piéton aurait traversé la rue Sherbrooke Ouest, à l'intersection de l’avenue Girouard, au moment où le conducteur du camion, qui appartient à une entreprise privée, effectuait un virage à gauche.

L’alcool et la vitesse ne seraient pas en cause, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), mais cette mort relance la question de la sécurité des piétons.

La Ville terminera l'installation de barres latérales sur ses camions d'ici la fin de l'année. Ces barres peuvent éviter qu'un piéton ne soit écrasé par un camion. La responsable de la sécurité publique au comité exécutif, Anie Samson, dit que pour le moment, l'administration municipale ne peut pas obliger ses sous-traitants à faire de même avec leurs camions. « Ce qu'on voulait, c'est passer le message aux autres camionneurs, à l'industrie du camionnage, parce que ce n'est pas une loi que Montréal contrôle, au niveau des barres latérales. Ce qu'on veut, c'est inciter les autres à le faire aussi, parce qu'on peut sauver des vies », dit-elle. La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, estime que l'administration Coderre n'en fait pas assez pour sécuriser les rues de la métropole. Quinze piétons sont morts cette année à Montréal. Selon elle, la Ville devrait exiger, dans son cahier des charges, que les sous-traitants installent des barres latérales sur leurs camions. « Ce qu'on demande, c'est que ce soit une clause, une condition pour pouvoir avoir un contrat, qu'il y ait justement ces protections latérales. On considère que c'est essentiel parce qu'avec la neige, la visibilité qui est moins bonne, tant pour le camionneur que le piéton, il faut s'assurer de pouvoir protéger nos piétons », a déclaré Mme Plante. Le coroner Luc Malouin avait enquêté sur la mort de quatre personnes, tuées par des véhicules de déneigement, en 2008-2009, à Montréal. Il avait noté que les victimes se trouvaient dans l'angle mort des véhicules en question et que les conducteurs ne les avaient jamais vues.

Avec les informations de Marc Verreault

Plus d'articles

Commentaires