Retour

Un professeur de cégep suspendu pour des propos homophobes

EXCLUSIF - L'enseignant de philosophie Jean Laberge a été suspendu du Cégep du Vieux Montréal en attente d'éventuelles sanctions, a appris Radio-Canada. La direction lui reproche des propos homophobes tenus en dehors de l'établissement, notamment sur sa page Facebook. Le professeur compte plaider le droit à la liberté d'expression.

Un texte de Thomas Gerbet

Jean Laberge est un professeur controversé. Fervent catholique, de droite, il se qualifie lui-même de « mouton noir » du Cégep du Vieux Montréal.

Depuis plusieurs mois, ses publications dérangent des étudiants et des collègues. Que ce soit sur sa page Facebook, publique, ou sur le site web du Huffington Post, où il tient un blogue. C'est un texte publié le 17 janvier sur son compte Facebook qui a provoqué la réaction de la direction du cégep.

Jean Laberge y exprime son « aversion » et « avoue avoir du dégoût pour les homosexuels ». Il parle de sa « peur » et son incompréhension de l'homosexualité, même s'il précise qu'il la « respecte ».

Quelle est la limite de la liberté d'expression quand on est un enseignant d'une institution publique?

Suspendu avec salaire

Le professeur a été suspendu mardi dernier, le temps de faire enquête. Il sera entendu par la direction mercredi et une décision devrait être rendue d'ici la fin de la semaine. Le cégep n'a pas voulu commenter l'affaire pour le moment.

Jean Laberge a écrit à ses collègues du département de philosophie pour qu'ils prennent sa défense, mais ceux-ci ont refusé.

Le professeur défend sa liberté d'expression

Joint chez lui par Radio-Canada, Jean Laberge ne comprend pas pourquoi on lui reproche des écrits publiés à l'extérieur de son travail. « C'est la dictature, c'est Big Brother, ça n'a aucun sens », dit-il.

Le professeur pense que le collège « commet une grave erreur » et lui cause « un préjudice considérable », en le privant de la liberté d'expression pour des propos qu'il n'a pas tenus en classe.

Jean Laberge justifie son dégoût des homosexuels

« J'ai un malaise depuis toujours envers l'homosexualité, nous dit-il au téléphone. Mais je ne déclare pas la guerre aux homosexuels. »

Il justifie son sentiment de dégoût des homosexuels par des raisons « d'inspiration chrétienne » et affirme n'avoir jamais partagé cela dans ses cours au cégep. « J'ai toujours observé un devoir strict de réserve. »

« J'ai des raisons de penser que l'homosexualité est une vision des choses qui est limitée, qui ne mène pas à l'épanouissement des êtres humains », dit le professeur de philosophie.

« Je parle en tant que croyant », explique le professeur qui s'est déjà présenté au cégep avec une grande croix autour du cou, à l'époque du projet de Charte des valeurs. « Je ne cherche pas à convaincre, je cherche simplement à faire réfléchir », ajoute-t-il.

Ce n'est pas la première fois que Jean Laberge tient de tels propos. Sur le site du Huffington Post, en juillet 2017, il critiquait « le lobby des groupes LGBT », qui expliquerait, selon lui, « l'émasculation des hommes ».

Le professeur en droit des libertés de la personne à l'Université Laval, Louis-Philippe Lampron, rappelle que la Cour suprême ne considère pas comme haineux les propos qui portent atteinte à la dignité d'un groupe, qui les méprisent ou les ridiculisent.

« Ce n'est pas suffisant pour équivaloir à de la propagande haineuse, dit-il. Il faut qu'on s'approche de propos qui incitent les gens à la détestation et/ou la violence physique à l'égard de ce groupe-là. »

Peut-on être sanctionné pour des propos à l'extérieur du travail?

« Le droit à la liberté d'expression est fondamental, mais il n'est pas sans limites, prévient l'avocate Marie-Hélène Beaudoin. Il faut aussi être conscient que ce qu'une personne fait en dehors de son milieu de travail peut avoir des répercussions sur la relation d'emploi. »

« C'est déjà arrivé », rappelle le professeur Louis-Philippe Lampron avec l'arrêt Ross, du nom d'un professeur du secondaire du Nouveau-Brunswick qui avait tenu des propos contre les juifs hors de son milieu de travail et qui avait été sanctionné. « Le milieu scolaire est un milieu très particulier qui doit s'assurer d'être inclusif pour tout le monde. »

Des étudiants se réjouissent de la suspension du professeur

Dans un courriel interne, le professeur a informé tous ses étudiants de sa suspension. Plusieurs ont exprimé leur joie sur les réseaux sociaux.

Radio-Canada s'est entretenue avec une des étudiantes qui avaient déposé une plainte contre Jean Laberge. Elle a préféré garder l'anonymat, mais nous a fait part de son soulagement. « Qu'on le veuille ou non, c'est le professeur qui influence la pensée de l'élève », estime-t-elle.

En novembre, des étudiants avaient déjà déposé une plainte à l'administration au sujet de ses publications. Selon nos informations, le cégep lui avait alors demandé de retirer certains écrits. La plainte faisait aussi état de propos sexistes tenus en classe, ce que nie le professeur. Nous n'avons pas été en mesure de corroborer les propos allégués.

D'autres propos reprochés au professeur

Au printemps 2017, Jean Laberge avait reçu un avertissement de la part de sa direction pour avoir critiqué publiquement le choix du cégep d'inviter Manon Massé, de Québec solidaire, à une conférence. L'administration lui reprochait son manque de loyauté.

C'était de l'« endoctrinement politique » croit encore aujourd'hui le professeur, qui n'hésite pas à critiquer ce qu'il appelle « la petite gauche régressive du Cégep du Vieux Montréal ».

Plus d'articles