Brossard veut encourager ses résidents à faire du covoiturage et lance un projet pilote en ce sens.

Le conseil municipal a accordé, mardi soir, un contrat d’un an à l’entreprise Transport social Netlift, dont le mandat sera d’identifier les jumelages possibles entre conducteurs et passagers effectuant le même trajet. La Ville investira un maximum de 547 000 $ dans ce projet, qui pourrait rejoindre quelque 700 personnes, selon l’administration municipale.

Dans ce système, les conducteurs ne sont pas payés, mais Netlift leur rembourse de 50 % à 75 % de leurs dépenses, en fonction du kilométrage, de la consommation d’essence et des frais de stationnement.

De son côté, la Ville de Brossard assumera une partie des coûts des forfaits de covoiturage offerts. Un forfait de 195 $, par exemple, ne coûtera que 75 $ au passager inscrit utilisant l'application.

« Quand je prends le bus sur la voie réservée de Champlain, je regarde en bas de moi, c’est incroyable le nombre de sièges vides qu’on a, qui sont en fait des actifs pas utilisés », affirme le conseiller municipal Alexandre Plante. « Plutôt que d’acheter de nouveaux autobus, on est peut-être mieux de rendre nos citoyens un peu plus riches en covoiturant quelqu’un et en utilisant un actif qui est sous-utilisé. »

L'opposition n'est toutefois pas convaincue de la pertinence du projet pour une ville de la taille de Brossard. Le conseiller indépendant à Brossard, Claudio Benedetti, a été déçu de la réponse à sa question au sujet des expériences tentées dans d’autres villes.

« J’ai senti que nous allons être les cobayes et ensuite, on a le culot de me dire oui, il y a la ville de Mexico qui l’a implanté. Je dis pardon? Mexico? Nous parlons d’une ville de 20 millions d’habitants. Nous sommes une ville de 83 000 », affirme M. Benedetti.

Le projet pilote doit débuter le 15 mai prochain. Le contrat de Brossard avec Netlift, accordé de gré à gré parce qu’aucune autre entreprise n’a répondu à l’appel d’offres dans les délais requis, comprend une possibilité de renouvellement pour deux ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine