Retour

Un projet pilote de traçabilité des sols contaminés mis en place à Montréal

Montréal participera au premier projet pilote québécois permettant de suivre le déplacement des sols contaminés, dans le cadre des travaux de réhabilitation de l'ancienne cour de voirie d'Outremont, qui sera transformée en un parc de 1,7 hectare. Les travaux devraient débuter cet automne et durer un an.

En utilisant le système informatique Traces Québec, la Ville pourra suivre en temps réel le déplacement de chacun des camions qui quittera le terrain avec des sols contaminés et gardera une trace « cryptée, confidentielle et archivée » des matières déplacées et de l’endroit où elles ont été déversées.

Réseau Environnement, le créateur de Traces Québec, affirme que son système est « extrêmement robuste » et qu’il possède « plusieurs éléments de vérification ». Selon lui, il est fort improbable que des entreprises mal intentionnées puissent aller déverser leurs sols contaminés dans des endroits non autorisés ou dans la nature si elles sont soumises au contrôle de Traces Québec.

« On a fait de multiples tests. On les connaît, les façons de détourner les choses. Je garantis que je ne fournirai pas une application qui va détourner le problème », a déclaré le président-directeur général de Réseau Environnement, Jean Lacroix.

Des données en vue de réglementer

C’est ce que croit aussi le gouvernement québécois, qui participe au projet. Québec vise ainsi à recueillir des données qui lui permettront d’élaborer une nouvelle réglementation à ce sujet. D’ici l’année prochaine, la ministre de l’Environnement, Isabelle Melançon, dit espérer « être bien avancée ».

Selon les chiffres fournis par le gouvernement du Québec et Réseau Environnement, entre 1,5 million et 2 millions de tonnes métriques de sols contaminés sont manipulées chaque année dans la province. Officiellement, près des deux tiers des sols seraient décontaminés, sur place ou dans un centre de traitement, et le reste enfoui. On dit cependant ignorer quelle proportion de ces sols est déversée illégalement.

La ministre Melançon indique que Québec privilégie la décontamination à l’enfouissement autorisé. « C’est ce qu’on a choisi de faire pour les travaux de l’échangeur Turcot. La décontamination est faite sur place », a-t-elle donné en exemple.

Quant à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, elle pense que le système Traces Québec offre beaucoup plus de possibilités que la seule protection de l’environnement, bien qu’elle reste vague à ce sujet.

« On a une grande flotte à la Ville de Montréal qui sert à plein de choses. On parle de ville intelligente. Il faut voir les outils qui sont disponibles et les applications qui peuvent nous aider à maximiser notre travail et les déplacements », a-t-elle dit.

Tout de même, la gestion des sols contaminés est une activité qui tient la Ville à cœur. « Des projets, on en a à la tonne, mais des sols contaminés, on en a à la tonne aussi », a résumé Valérie Plante.

La mairesse souligne que seulement en 2017-2018, la Ville a conclu des ententes-cadres totalisant 8 millions de dollars pour permettre aux arrondissements d’éliminer des sols contaminés, en plus de dépenser plusieurs autres millions pour éliminer les sols contaminés qui sont générés par les travaux municipaux, notamment sur les infrastructures d'eau.

Plus d'articles