Retour

Un revêtement hautement inflammable retrouvé dans trois immeubles de Montréal

Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) a entrepris de vérifier les tours d'habitation de plus de sept étages dans la foulée de l'incendie de la tour Grenfell de Londres, où plus de 70 personnes ont péri il y a un an jour pour jour. Les pompiers montréalais étaient à la recherche d'immeubles avec le même revêtement hautement inflammable que celui de la tour londonienne. Et ils en auraient trouvé trois.

Le type de revêtement en cause dans l'incendie de Londres est utilisé dans l'industrie de la construction depuis une trentaine d'années. Il est toutefois interdit sur les édifices en hauteur au Québec.

« Des 900 bâtiments que nous avons inspectés, on a trouvé trois bâtiments qui semblent avoir un revêtement similaire à celui de Londres, soit un revêtement métallique combustible à composite », explique la chef de section à la prévention du SIM, Louise Desrosiers.

Le revêtement en question, qui aussi été mis en cause dans d'autres incendies majeurs ailleurs dans le monde, est constitué de deux feuilles d’aluminium et d'une couche de polyéthylène. « C'est la matière combustible qui est dangereuse, précise Mme Desrosiers. L'avantage, c'est que c'est très léger, alors on peut faire de jolies façades au niveau de l'architecture du bâtiment. »

Pour l'instant, les adresses n'ont pas été divulguées, mais les propriétaires des immeubles et la Régie du bâtiment du Québec ont été avertis.

Des analyses sont en cours pour déterminer la dangerosité des matériaux prélevés. Entretemps, les pompiers se sont assurés que les systèmes de détection des incendies dans ces trois immeubles étaient fonctionnels et conformes au code de construction du Québec.

Le SIM a aussi entrepris de former ses pompiers pour faire face à une situation semblable à l'incendie de Londres.« On a 14 instructeurs qui se promènent continuellement dans les casernes pour donner de la formation à nos pompiers, dit Stéphane Corriveau, chef de division des opérations du SIM dans l’arrondissement de Ville-Marie. Ça fonctionne très bien, et nos pompiers en redemandent. »Les technologies dans le domaine de la construction évoluent rapidement, ajoute le chef Corriveau. On construit maintenant des édifices de 12 à 15 étages en bois, ce qui oblige les pompiers à revoir la façon de combattre les incendies dans les immeubles en hauteur.

« Mon travail, c'est de m'assurer qu'il n'arrive pas des événements comme ça et de mettre en place des procédures d'analyse de structure de bâtiment pour être capable de voir s'il y a des anomalies. Il peut toujours y en avoir, des vices de construction, concède-t-il. On ne peut pas tout connaître, on ne peut pas tout savoir, mais on est très pro-actif pour s'assurer qu'on ne se laisse pas prendre au jeu. »

D'après les reportages de Solveig Miller et Marc Verreault

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine