Des patients atteints de cancer pourront de plus en plus avoir accès à des traitements personnalisés. Cinq grands centres québécois de traitement du cancer s'unissent pour créer un registre numérique dans lequel seront enregistrées toutes les caractéristiques des cancers des patients qui acceptent d'y participer. Ceux-ci pourront donc être jumelés à des essais cliniques qui portent sur leur type de cancer.

Un texte de Marie-France Abastado

Les patients qui accepteront de se joindre à l'initiative Personnaliser mon traitement (PMT) consentiront à ce que toute l'information génétique et moléculaire de leur tumeur cancéreuse soit transmise et stockée dans le registre numérique Exactis. Ils devront aussi s'attendre à être contactés par des équipes de recherche pour faire l'essai de nouveaux traitements qui ciblent exactement leur cancer.

Les établissements qui participent au registre sont le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), le Centre du cancer Segal de l'Hôpital général juif, le CHU de Québec-Université Laval et le Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CRCHUS).

Écoutez le Dr Gerald Batist :

En créant une base de données de milliers de patients, on pourrait attirer des fournisseurs de médicaments pour faire des études cliniques ici au Québec, et ça va donner accès à tous nos patients à ces nouvelles molécules.

Le Dr Gerald Batist du Centre du cancer Segal

Des progrès à venir pour la recherche fondamentale

Pour la Société de recherche sur le cancer, dont une des missions est de favoriser la recherche fondamentale, la mise sur pied de ce registre numérique permettra d'attirer des entreprises pharmaceutiques au Québec.

Il y a certaines pharmas qui vont participer à ce projet-là et il y aura sûrement des biotechs ou d'autres industries connexes aux pharmaceutiques qui vont vouloir venir s'installer ici.

Andy Chabot, président et chef de la direction de la Société de recherche sur le cancer

Cette initiative facilitera aussi le travail des équipes de recherche, qui ont souvent de la difficulté à trouver des patients dont le profil correspond à leur sujet d'étude.

Le programme PMT d’Exactis est un partenariat public-privé sans but lucratif.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine