Retour

- Une affiche critique d'Israël engendre des tensions

À Montréal, des bénévoles qui installaient des pancartes pour dénoncer la politique des conservateurs dans le conflit israélo-palestinien affirment avoir été rudoyés. Dans sa campagne d'affichage, l'organisation BDS Québec accuse Israël d'assassiner des enfants palestiniens. Un message qui suscite des tensions.

Un texte d'Olivier Bachand

BDS, qui signifie « Boycott-Désinvestissement-Sanctions », prône entre autres des sanctions économiques à l'endroit d'Israël « pour faire pression sur le gouvernement israélien pour qu'il respecte les droits des Palestiniens », selon son site Internet.

Le groupe a installé une centaine de pancartes sur l'île de Montréal sur lesquelles on voit un enfant palestinien mort sur une plage, ensanglanté. Le message écrit est le suivant : « Israël assassine des enfants palestiniens. Harper applaudit. Qu'en disent les autres partis? »

Le 19 septembre dernier, trois bénévoles disent avoir été rudoyés après avoir posé ces pancartes devant le local de campagne du chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, à Outremont.

Selon Bruce Katz, qui s'exprime au nom de BDS-Québec, « un groupe de juifs orthodoxes est arrivé en courant et en criant qu'on n'avait pas le droit d'afficher ces affiches ». Il y aurait eu bousculade et « un de nos bénévoles a été frappé en plein visage », ajoute-t-il.

Le groupe de bénévoles a porté plainte à la police, qui confirme être au courant de l'altercation.

Bruce Katz dit comprendre que des gens n'aiment pas le message véhiculé par les affiches de BDS-Québec, mais il affirme qu'il s'agit d'un message factuel qui s'appuie sur des sources documentées.

Pancartes retirées

L'arrondissement de Ville-Marie a décidé de retirer certaines pancartes du groupe après avoir reçu des plaintes de citoyens.

Il a toutefois arrêté de le faire après avoir réalisé que l'organisme BDS-Québec, dûment enregistré auprès d'Élections Canada, était dans son droit d'installer des pancartes, comme le font les partis politiques.

Soixante-dix-neuf groupes, dont BDS-Québec, sont enregistrés en tant que tiers auprès d'Élections Canada pour pouvoir faire de la publicité dans le cadre de la campagne électorale fédérale.

Ces groupes ne peuvent faire de publicité partisane, mais peuvent s'exprimer sur des enjeux pour interpeller les électeurs et les partis politiques.

En période électorale, ils doivent s'enregistrer auprès d'Élections Canada s'ils dépensent plus de 500 $ pour faire de la publicité, et doivent fournir un rapport de dépenses après la campagne.

Élections Canada ne vérifie toutefois pas le matériel publicitaire utilisé par ces groupes.

« En ce qui concerne le contenu, la loi électorale n'a pas de droit de regard sur le contenu des activités de nature politique », explique la porte-parole Francine Bastien.

Les citoyens qui se sentent offensés par une pancarte électorale peuvent cependant porter plainte au commissaire aux élections fédérales, dont la responsabilité est de faire respecter la loi électorale.

Plus d'articles

Commentaires