Retour

Une application pour contrer Uber : « Paxi est la vraie réponse au transport illégal »

Une nouvelle entreprise, Paxi Technologies, promet d'offrir à l'industrie du taxi rien de moins qu'une « sortie de crise ». Elle lancera le 1er décembre Paxi, une application permettant aux clients de repérer puis de payer les chauffeurs avec leur téléphone intelligent, à l'instar de ce qu'offre Uber.

  

À la mi-juillet, Taxi Diamond, l'une des plus importantes compagnies de la région de Montréal, avait déjà lancé son application mobile avec laquelle ses clients peuvent commander, payer et évaluer leur course de taxi à partir d'un téléphone intelligent.

Paxi Technologies affirme que son application se veut plus « rassembleuse ». 

« Tout le milieu ressent un sentiment d'urgence, mais tous travaillent en silo de façon individuelle. L'industrie a besoin de moyens rassembleurs pour se développer », affirme le directeur général de Paxi Technologies, Mario Sabourin. 

L'application Paxi, qui permettra aux clients de trouver le taxi le plus proche parmi les chauffeurs qui se seront inscrits à ce service, sera disponible le 1er décembre 2015. Les chauffeurs de taxi sont invités d'ici là à s'y inscrire. L'application sera gratuite, mais les chauffeurs de taxi devront verser à Paxi 10 % de la course.

Paxi Technologies compte en plus offrir un « bouquet de services », dont des caméras de surveillance cryptées, des taximètres compatibles avec Revenu Québec et des rabais sur l'essence, les assurances et les forfaits cellulaires. 

Uber toujours dans la mire 

Depuis plusieurs mois, l'industrie du taxi s'élève au Québec et ailleurs au pays contre le service de covoiturage commercial Uber. Le gouvernement du Québec en parle comme d'un service de transport « illégal ». 

Selon un sondage réalisé pour le compte de Paxi Technologies, neuf chauffeurs de taxi sur 10 estiment qu'Uber a eu un impact négatif sur leur volume de travail ou la valeur de leur permis.

L'application Paxi est conforme à la réglementation déjà existante, précise pour sa part M. Sabourin. « La TPS, la TVQ vont être payées comme elles se doivent d'être payées. L'impôt va être payé comme il se doit », souligne-t-il. Son entreprise a aussi obtenu un permis d'intermédiaire. 

Le directeur général d'Uber Québec, Jean-Nicole Guillemette, a annoncé mardi qu'il va instaurer une taxe de 10 cents par course pour l'utilisation de ce service à Montréal. 

Par ailleurs, il a défendu il y a une semaine sur les ondes de RDI qu'« il n'y a pas eu de baisse dans la valeur des prix des permis des taxis parce qu'Uber est un service complémentaire ». Il citait des rapports de la Commission des transports du Québec. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine