Retour

Une borne électrique géante alimente les navires au port de Montréal

Le port de Montréal met à la disposition des bateaux une borne électrique leur permettant d'arrêter leurs génératrices à mazout une fois à quai, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Un texte de Bahador Zabihiyan

C'est le premier port du Québec à mettre en place une telle technologie, et il lui a fallu installer une immense génératrice électrique.

Les bateaux de croisière géants utilisent habituellement leurs propres génératrices à mazout une fois à quai pour faire fonctionner leur machinerie, leurs cuisines ou encore les climatiseurs des cabines.

Une borne électrique géante sur le quai du nouveau terminal de croisière permet de brancher les bateaux au réseau d'Hydro-Québec, dont la tension peut aller jusqu'à 11 000 volts.

Le bateau est connecté à la génératrice par un système d'alimentation mobile, une sorte de fiche électrique d'un mètre de longueur et de cinquante centimètres de largeur installée sur un véhicule muni d'un bras qui déroule le câblage jusqu'au bateau.

« On alimente un village de 2000 personnes, ça donne une idée de l'énergie qu'un bateau peut consommer quand il est à quai », dit Claude Beaubien, chef ingénieur au port de Montréal.

Dans le monde, rares sont les bateaux qui peuvent fonctionner à l'électricité une fois à quai.

« On parle d'un petit peu plus de 10 % des navires de croisière qui sont équipés de ces équipements-là », indique Daniel Dagenais, vice-président au port de Montréal.

L'installation a coûté trois millions de dollars au port, qui a reçu 5 millions du fédéral et 3 millions de Québec.

Plus d'articles

Commentaires