Retour

Une campagne pour la sécurité des cyclistes et des piétons... en attendant la réglementation

L'administration Coderre lance une nouvelle campagne de sécurité routière qui vise à réduire à zéro le nombre de morts et de blessés graves chez les piétons et les cyclistes. Cette campagne est lancée alors que les recommandations de la Commission sur les transports et les travaux publics de la Ville, dans l'optique d'une « vision zéro », tardent à être adoptées.

La nouvelle campagne de sécurité routière, qui fait appel à la responsabilité de tous les usagers de la route, est axée spécialement sur la sécurité des piétons et des cyclistes.

Une campagne d’affichage dans les abribus sera bientôt lancée à cet effet dans les rues de la ville. Des messages à la radio, une capsule vidéo et une campagne sur les réseaux sociaux sont aussi prévus.

La démarche, inspirée d’une politique développée en Suède, s’inscrit dans le cadre de la politique « Vision zéro » instaurée l’an dernier par les autorités municipales.

Chaque année, une vingtaine d’accidents mortels surviennent en moyenne dans les rues de la métropole. Un bilan qu’entend réduire sensiblement l’administration municipale, qui a réduit cet été à 30 km/h la vitesse dans les rues résidentielles et à 40 km/h sur certaines autres artères.

Selon le maire Coderre, bien que le nombre de décès dans les rues de Montréal soit à la baisse, « on ne peut se contenter de statistiques encourageantes ». En 2016, 23 collisions mortelles ont eu lieu sur le territoire de l'île de Montréal, incluant des piétons (15), des cyclistes (2), des automobilistes ou des passagers de véhicules à moteur (6). Ce chiffre est en baisse par rapport à 2013, où on recensait 26 morts, mais en hausse par rapport aux 22 décès de 2014 et 2015.

Selon le maire, la Ville multiplie les efforts au quotidien pour améliorer la sécurité des usagers de son réseau routier, en particulier les cyclistes et les piétons, qui sont les utilisateurs les plus vulnérables.

« Au-delà des actions concrètes que nous réalisons au quotidien pour transformer nos rues et les rendre plus sécuritaires […] il fallait envoyer un message fort à la population. C'est ce que nous faisons aujourd'hui avec cette campagne percutante que vous verrez se déployer graduellement au fil des semaines », a expliqué le maire de Montréal.

Après la sensibilisation, la réglementation

Une meilleure cohabitation de tous les utilisateurs du réseau routier de la métropole a fait l’objet d’un rapport de la Commission sur les transports et les travaux publics de la Ville de Montréal, déposé au conseil municipal le 15 mai dernier. Le document, qui comporte une trentaine de recommandations, aurait dû être entériné avant la fin du mois d’août. Le prochain conseil municipal se tiendra le 25 septembre prochain.

Parmi les améliorations à apporter au réseau, la Commission suggère de diminuer la présence de véhicules lourds dans certaines zones où circulent un grand nombre de cyclistes.

La Ville de Montréal impose déjà des barres latérales à ses véhicules, mais le rapport suggère d'aller plus loin en imposant à ses fournisseurs d'en faire autant. Il est également recommandé d'optimiser le marquage au sol, de former les chauffeurs de véhicules lourds de la Ville et de ses partenaires en matière de sécurité routière en milieu urbain et de suggérer aux arrondissements de restreindre le stationnement des véhicules lourds dans les rues locales, tout en poursuivant le développement du réseau cyclable de l’agglomération de Montréal.

Du côté de Vélo Québec, on presse la Ville d'entériner toutes les recommandations du rapport. « Tout ce qui est de la livraison, du camionnage, il n’y a pas vraiment de règles », regrette le vice-président de Vélo Québec, Jean-François Pronovost, qui souligne que des camions de toutes tailles ont le droit de circuler à Montréal et qu’il n’y a pas de restrictions des heures de livraison.

Le son de cloche est tout autre du côté de l’industrie du camionnage. « Il faut faire attention en ce moment, Montréal, c’est un chantier, Montréal est en construction, Montréal est une ville portuaire, Montréal est aussi une ville intermodale », lance le président-directeur général de l’Association du camionnage du Québec, Marc Cadieux.

Améliorations

Depuis l’an dernier, la Ville a ajouté trois nouveaux radars photo et prévoit installer cette année des feux de circulation à décompte à plus de 54 intersections.

Qui plus est, au moins sept secteurs identifiés comme dangereux seront redessinés ou repensés pour en améliorer la sécurité.

Le maire promet aussi d’ajouter des liens cyclables permanents et sécuritaires dans 57 passages intérieurs de la ville.

« Plus que jamais, notre Ville s'engage à faire bouger les choses, à faire évoluer les mentalités pour informer, sensibiliser, mais aussi à travailler sur les comportements des usagers de la route et de tous les acteurs en sécurité routière qu'il s'agisse des concepteurs, gestionnaires, législateurs, etc., en assumant pleinement son rôle de métropole internationale de haut calibre », a expliqué Aref Salem, responsable du transport au comité exécutif, dans un communiqué.

Plus d'articles

Commentaires