Retour

Une défense structurée pour une attaque explosive

On ne sait pas à qui attribuer la citation « la meilleure défense, c'est l'attaque ». On pourrait toutefois mettre la signature de Claude Julien à côté de son contraire.

Un texte d'Alexandre Gascon

La meilleure attaque, c’est la défense.

C’est un des premiers messages que le nouvel entraîneur du Canadien souhaite faire comprendre à sa troupe.

Dans le vestiaire bleu-blanc-rouge, après le traditionnel entraînement ouvert au public dimanche, les joueurs se sont assuré que les journalistes aussi l’aient bien compris.

« On doit amener notre jeu défensif une coche au-dessus. C’est ce qui va faire notre succès. C’est ce qu’il (Claude Julien) nous a dit », s’est exprimé Phillip Danault.

« Tu obtiens tes chances de marquer en jouant bien défensivement », a ajouté Andrew Shaw.

Si on fait les petits détails défensivement, l’offensive va venir.

Phillip Danault

Le Canadien traverse une mauvaise passe. Le mois de février est particulièrement atroce pour l’équipe qui y présente une fiche de 1-6-1.

Au cours de cette période, le Tricolore a marqué 11 buts et en a accordé 26. Une moyenne de buts marqués par match de 1,38 et de buts accordés de 3,25. Bref, des statistiques cauchemardesques.

Le manque de confiance joue certainement un rôle dans les déboires des Montréalais depuis quelques semaines. L’entraîneur l’a d’ailleurs reconnu en conférence de presse après la défaite contre les Jets, samedi.

« Toutes les équipes passent à travers ça, a expliqué Shaw qui ne s’en inquiétait pas davantage. C’est une longue saison. »

Mais au-delà de la confiance, on constate que l’essentiel de l’attaque repose pratiquement sur les épaules d’un seul homme.

Max Pacioretty a participé à 9 des 11 buts des siens (quatre buts, cinq passes) au cours de cette séquence malheureuse. Jamais le capitaine n'a été aussi performant cette saison, mais jamais non plus a-t-il été aussi esseulé, avec le résultat que l’on sait.

« Les avants, on doit plus revenir en arrière pour aider les défenseurs, a détaillé Danault. Il faut qu’on joue plus en équipe défensivement et si on descend plus bas (dans notre zone), c’est ça qui va créer nos chances offensivement. On va avoir plus de vitesse. Ce sont de petits détails, que Claude va apporter à notre jeu, qui vont faire en sorte que ça va aller mieux. »

Samedi, les défenseurs du Canadien sont souvent venus appuyer l’attaque comme quatrième homme pour tenter de créer un surnombre.

Shea Weber assure que rien n’a changé sous cet angle par rapport à l’ère Michel Therrien.

« On pouvait joindre l’attaque comme quatrième homme avant. Maintenant aussi. Tu dois juste attendre le bon moment. »

On cherche des solutions chez le Canadien et il faudra les trouver rapidement pour éviter de se faire déloger du sommet de la Division atlantique. Avec leur victoire contre les Maple Leafs, les Sénateurs ont seulement deux points de retard sur le CH et trois matchs de plus à disputer.

Plus d'articles