Retour

Une étude confirme la valeur patrimoniale du Parc olympique

Si l'avenir du stade olympique de Montréal continue de susciter bien des interrogations, plus de 40 ans après sa construction, une étude commandée par la Régie des installations olympiques (RIO) confère désormais au site dont il constitue le coeur un caractère patrimonial.

Les conclusions de cette étude démontrent que le Parc olympique, site sur lequel est érigé le stade, présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique, architecturale, urbaine et emblématique.

« Cette étude nous sert de cadre de compréhension pour éclairer nos décisions quant à l'entretien de ces installations, a révélé Michel Labrecque, président-directeur général de la RIO. Il s'agit d'un guide qui nous permettra ainsi qu'à nos successeurs de donner un sens à nos interventions à court, moyen et long terme, afin de préserver l'esprit du lieu. »

Si le stade olympique demeure un emblème ambivalent de Montréal, il en est également devenu la signature, ce que souligne l'étude de plus de 100 pages.

« Le Parc, et surtout le Stade et sa tour qui dominent l'est de l'île par leur présence monumentale, est devenu un attrait touristique et un symbole de Montréal, malgré les controverses soulevées par leur achèvement, dont l'écho s'est propagé bien au-delà de nos frontières », précise l'étude, dirigée par France Vanlaethem, professeure émérite à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal et présidente fondatrice de l'organisme Docomomo Québec.

Le site a également une valeur historique puisqu'il a été le théâtre de plusieurs grands événements sportifs amateurs et professionnels. En plus des Jeux olympiques, il a notamment été le domicile des Expos de 1977 à 2004. Le stade accueillera les championnats du monde de gymnastique la semaine prochaine avec la présence de quelque 500 gymnastes provenant de 80 pays.

L'étude fait également état de sa valeur architecturale, notamment en raison des techniques de construction révolutionnaires à l'époque, où le béton précontraint érigé en posttension constituait une première pour un bâtiment de cette envergure.

Pour permettre au public d'être conscient de cette valeur patrimoniale, huit stèles informatives ont été installées sur le site du Parc olympique. Elles reprennent les grandes lignes de l'étude, bonifiant ainsi les parcours touristiques déjà offerts aux visiteurs. Plus de 3 millions de personnes visitent chaque année les installations.

M. Labrecque a par ailleurs profité du dévoilement de l'étude pour préciser que le dossier du remplacement du toit du stade « suit son cours » et que la ministre responsable du dossier, Julie Boulet, est bien au fait de tous les détails. Une décision est attendue cet automne. Selon certaines sources, l'option d'une toile souple, non rétractable, est privilégiée.

Plus d'articles

Commentaires