Retour

Une gare de train neuve qui ne servira pas à Montréal-Trudeau

EXCLUSIF - Tout indique que les installations de 25 millions de dollars construites par l'aéroport Montréal-Trudeau en 2008 pour accueillir une future gare de train ne serviront pas au futur Réseau électrique métropolitain (REM).

Un texte de Jean-Sébastien Cloutier

Cette coquille de gare située sous l'actuel hôtel Marriott dans la nouvelle partie de l'aéroport était pensée pour un tracé qui irait vers le sud et l'autoroute 20.

Or, avec le projet de train de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), c'est plutôt du nord qu'arrivera le train. Selon l'aéroport, creuser sous la tour de contrôle n'est pas envisageable et il faudrait faire un détour extérieur pour rejoindre la gare actuelle. Une solution plus complexe.

Pourtant, au cours des dernières années, James Cherry, le PDG d'Aéroports de Montréal (ADM), a souvent vanté l'emplacement projeté de l'éventuelle gare, qui est situé à deux minutes de marche des arrivées internationales. Doté d'immenses colonnes, l'espace, d'une hauteur de 13 mètres, est actuellement utilisé comme stationnement et devrait le rester. L'aéroport y ajouterait un étage pour qu'il soit plus rentable. L'idée ne déplaît pas au PDG.

Une gare sous le stationnement multiétage

Du même coup, il semble probable que la nouvelle gare du REM soit située sous le stationnement multiétage actuel devant le terminal. Le train arriverait du Technoparc Saint-Laurent au nord, passerait sous le tarmac (mais pas sous la tour de contrôle), puis sous le terminal des vols intérieurs avant d'entrer en gare.

La vice-présidente aux affaires publiques et communications à Aéroports de Montréal (ADM), Christiane Beaulieu, confirme que l'organisme envisage d'élargir bientôt les débarcadères devant le terminal et de refaire ce stationnement vieillissant. Ce serait donc l'occasion, en creusant, de construire la nouvelle gare.

Le lieu serait presque aussi proche des arrivées que l'ancien emplacement choisi. Qui, d'ADM ou de CDPQ Infra, paiera pour ces travaux? Christiane Beaulieu n'avait pas la réponse.

De son côté, le porte-parole de CPDQ Infra, Jean-Vincent Lacroix, ne nie pas que l'emplacement actuel risque de ne jamais devenir une gare. Il ajoute que des analyses sont toujours en cours et que le projet doit correspondre aux besoins futurs de l'aéroport de Montréal.

Par ailleurs, selon lui, utiliser la gare actuelle coûterait plus cher parce que le tracé serait plus long.

Lors d'un breffage technique il y a quelques semaines, la Caisse avait confirmé que le train passerait sous le tarmac de Montréal-Trudeau.

Plus d'articles

Commentaires