Retour

Une navette fluviale reliant Pointe-aux-Trembles au port de Montréal testée à la fin mai

Le premier test d'une navette fluviale reliant Pointe-aux-Trembles au port de Montréal, un projet cher à la mairesse d'arrondissement Chantal Rouleau, sera lancé du 28 mai au 1er juin.

Le bateau quittera Pointe-aux-Trembles, à la hauteur du boulevard Saint-Jean-Baptiste, pour accoster au quai Jacques-Cartier, dans le Vieux-Port.

Un départ dans les deux directions sera assuré toutes les heures durant la semaine du 28 mai, de 7 h à 18 h, à bord de l’Explorateur, de la compagnie Navark.

Ce bateau peut accueillir 45 personnes, en plus des membres d’équipage et une quinzaine de vélos.

L’Explorateur peut faire le trajet en un maximum de 30 minutes. Si les conditions sur le fleuve le permettent, il pourra gagner le quai Jacques-Cartier en 22 minutes seulement.

La mairesse Rouleau, qui sera candidate pour la Coalition avenir Québec lors des prochaines élections provinciales, revient à la charge avec un projet qu’elle n’a pas su vendre à l’ex-maire de Montréal Denis Coderre, même si elle faisait partie de son équipe.

Chantal Rouleau pense « que ça va fonctionner parce que c’est un transport alternatif […] Voyager sur le fleuve, c’est quelque chose de vraiment merveilleux pour qui a eu l’occasion de le faire », insiste-t-elle.

Le projet pilote ne fait pas l’unanimité chez les résidents de Pointe-aux-Trembles. Si certains voient d’un bon œil l’économie d’essence et l'impact positif da la navette sur la congestion routière et l’environnement, d’autres font remarquer qu'il s'agit seulement d'une solution estivale.

Certains disent attendre de voir la file d’attente avant de se prononcer et d’autres encore se demandent combien il en coûtera aux contribuables.

La mairesse Rouleau ne dit rien pour le moment sur le coût du projet pilote. Le passage coûtera 3,25 $ pour un aller simple.

Ce genre de bateau coûte 750 000 $. Si le projet pilote s’avère concluant, il faudra penser à rajouter un ou deux bateaux pour assurer un service régulier, sans oublier le salaire de l’équipage.

Du côté de la ville-centre, l’équipe de la mairesse Valérie Plante dit encourager tout projet local qui vise à améliorer la fluidité du transport.

Selon une étude déjà présentée par la Société de transport de Montréal (STM), une navette pareille pourrait assurer de 200 à 1000 déplacements par jour.

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine