Le Canadien de Montréal (29-14-7), défait au compte de 3-1 à Brooklyn jeudi par les Islanders (21-17-9), aurait assurément préféré aborder la pause du match des étoiles sur une meilleure note.

Après avoir entamé le mois de janvier sur les chapeaux de roue avec des victoires consécutives à Nashville, Dallas et Toronto, le Tricolore s'est quelque peu essoufflé par la suite.

Il a remporté seulement 4 de ses 10 rencontres suivantes (4-5-1), si bien que les Sénateurs d'Ottawa (26-15-6) se sont approchés à 7 points des Montréalais et du sommet de la Division atlantique. Et ils ont trois matchs de plus à disputer.

Malgré la baisse d'énergie remarquée au cours des trois dernières semaines, attribuable, entre autres, à un calendrier qui ne laisse place qu'à très peu de repos, les hommes de Michel Therrien se retrouvent dans une position qui est à l'antipode de l'endroit où ils étaient lors de la campagne 2015-2016.

À pareille date, le CH, qui avait également joué 50 matchs, présentait un dossier de 24-22-4 pour un total de 52 points, soit 13 de moins qu'aujourd'hui.

La glissade aux enfers, amorcée lorsque Carey Price s'était infligé une entorse du ligament collatéral interne (LCI) au genou droit, n'avait pas encore atteint son niveau le plus bas, et rien ne laissait présager qu'un sursaut allait survenir dans les deux mois à venir.

Le présent scénario est fort différent. L'illustre gardien a certes connu des ratés depuis la fin du mois de décembre - il a accordé 3 buts ou plus lors de 10 de ses 13 derniers départs -, mais aucun problème de santé ne semble lui nuire.

Reste que seulement 6 portiers du circuit Bettman qui ont été d'office pour un minimum de 20 rencontres revendiquent un meilleur taux d'efficacité que celui de Price (,921). Même son de cloche concernant le nombre de victoires (22).

En ce qui a trait à la moyenne de buts accordés par match (2,35), le lauréat des trophées Hart et Vézina en 2015 arrive au 11e échelon de la LNH.

Un appui de l'attaque

Contrairement aux trois dernières années, Price est fortement appuyé d'un point de vue offensif. Le Tricolore flirte avec une moyenne de trois filets par affrontement, un profond contraste avec les statistiques présentées à ce chapitre depuis la campagne 2013-2014.

Les nouveaux venus Alexander Radulov et Shea Weber apportent leur contribution avec une récolte de 37 et 31 points respectivement. Ils se sont hissés aux 2e et 3e rangs de l'équipe derrière le capitaine Max Pacioretty, auteur de 39 points, dont 21 buts.

L'éclosion d'Alex Galchenyuk a permis au Bleu-blanc-rouge d'afficher plus de mordant en attaque. Celui qui peut se targuer d'avoir fait scintiller la lumière rouge à 30 occasions au cours de la dernière saison a inscrit 27 points en 30 duels jusqu'ici.

Une blessure au genou droit a forcé le centre à demeurer au repos pendant six semaines, ce qui a ouvert la voie à Phillip Danault. Ce dernier a profité des malheurs de Galchenyuk et de David Desharnais, également touché à un genou, pour obtenir du temps de glace dans la première unité au centre de Pacioretty et Radulov.

Danault a bien répondu à cette promotion. Le Québécois, acquis des Blackhawks de Chicago en février 2016, a offert des minutes de qualité sur la patinoire à son entraîneur, qui n'a que de bons mots à dire à son sujet.

Paul Byron est un autre porte-couleurs du Canadien, catégorisé en tant que joueur d'utilité durant le camp d'entraînement, qui a déployé un niveau de jeu au-delà des attentes.

Le rapide patineur au petit gabarit, qui dispute sa septième campagne dans le circuit Bettman, a établi des marques personnelles pour les buts (13), les mentions d'aide (15) et les points (28). Et il lui reste encore 32 matchs pour améliorer ses statistiques.

Au contraire de Price et de Weber, qui participeront aux festivités entourant le week-end des étoiles, les joueurs du Tricolore bénéficieront de quatre jours de congé avant de renouer avec l'action mardi, au Centre Bell, contre les Sabres de Buffalo (20-19-9).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine