Retour

Une serre fournit des légumes frais toute l'année pour une Première Nation du Manitoba

Un projet pilote qui a pris naissance dans la Première Nation crie Opaskwayak (OCN) en 2016 peut maintenant nourrir 125 familles sur une base régulière grâce à ses produits. Les responsables du projet de ferme verticale cultivent plusieurs produits gratuitement pour des familles de la Première Nation.

Le projet a démarré avec seulement sept plantes cultivées dans des serres hydroponiques, sous un éclairage D.E.L.. L'installation compte maintenant plus de 75 variétés de plantes qui fournissent régulièrement des produits frais à 125 familles.

« Cela a vraiment changé les choses pour nous », a déclaré Stephanie Cook, une ancienne travailleuse des services à l'enfance et à la famille qui est devenue cultivatrice de légumes. Son équipe et elle ont commencé à expérimenter avec différents types de laitue et de basilic. Ils sont maintenant passés à plus d’une vingtaine de types différents de fruits et légumes.

Il y a trois ans, Stephanie Cook ne savait pas ce qu’était du chou-rave et n’avait jamais mangé de choux de Bruxelles. Maintenant, elle les cultive.

« Je savais ce qu'étaient la laitue romaine, la laitue, les oignons et les pommes de terres, avoue la directrice des opérations de la ferme verticale d'Opaskwayak. Maintenant, j'ai cette grande liste de légumes que j'utilise; c'est une chose que je n'aurais jamais imaginé », ajoute-t-elle.

Sept rangées de jardinières tapissent la pièce, chacune empilée sur quatre rangs. Les graines sont démarrées dans des plateaux de mousse de polystyrène avant d'être transplantées dans les planteurs verticaux après la germination.

Brent Knutson, un technicien sur le projet, dit qu'ils ont en moyenne sept récoltes par année parce que les plantes peuvent être cultivées toute l'année, comparativement à une ou deux récoltes dans les jardins extérieurs traditionnels.

« En janvier, il fait -35 degrés et nous avons une salle pleine de légumes; c'est fou, mais c'est la réalité », affirme-t-il.

L'installation utilise des lumières D.E.L. bleues, rouges et vertes avec des options pour contrôler les rayons UV et infrarouges pour imiter le soleil. Un ordinateur contrôle la température et l'humidité dans la pièce ainsi que les niveaux de dioxyde de carbone et d'éléments nutritifs.

Un moyen de combattre le diabète

Les légumes frais peuvent être difficiles à trouver et très coûteux dans les collectivités du nord. Les membres des communautés n’en consomment pas autant qu’ils le devraient ce qui cause des taux élevés de diabète.

Stephanie Cook dit que « 49 % de la communauté souffre du diabète. » Elle dit connaître des personnes dans leur trentaine qui ont eu besoin d’amputation à cause de la maladie.

Certains légumes sont donnés à des établissements locaux et à un programme qui enseigne la cuisine santé aux assistés sociaux.

Intérêt d'autres communautés

La responsable du projet affirme que d'autres collectivités dans le nord de la province ont démontré de l'intérêt pour l'initiative dans l'espoir de lancer un jour leurs propres fermes intérieures.

Le projet a même inspiré des membres de la Première Nation qui ont commencé leurs propres jardins communautaires.

D'après les informations de Riley Laychuk, CBC News

Plus d'articles