Retour

Une ville américaine fait des vagues pour avoir puisé de l’eau du lac Michigan

En réunion à Montréal, l'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, qui regroupe 123 municipalités canadiennes et américaines, fustige la décision d'une ville du Wisconsin de puiser de l'eau du lac Michigan, alors qu'elle n'est pas autorisée à le faire.

En juin dernier, la municipalité de Waukesha, en banlieue de Milwaukee, a obtenu l'autorisation, d'une autre organisation, de puiser de l'eau dans le lac Michigan, parce que ses propres sources d'eau s'épuisent et sont contaminées au radium.

La ville a eu le feu vert auprès des huit États américains membres du Conseil des ressources en eau des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, alors que ce privilège est réservé seulement aux villes riveraines, comme Chicago, Toronto ou Montréal.

L'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent conteste cette décision, qui constitue un précédent inacceptable, selon elle.

Certains de ses membres, comme le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Denis Lapointe, craignent que les cas comme celui de Waukesha se multiplient avec les changements climatiques.

Le président de l'alliance et maire de Montréal, Denis Coderre, a fait savoir que des démarches pour contester cette décision se poursuivent et qu'il se rendra d'ici quelques semaines à Waukesha.

On va passer des messages très très clairs. On est contre la diversion. On est contre cette situation-là. On va aller chercher des réponses. Je vais faire aussi un détour à Milwaukee. Il y a beaucoup de choses dont on peut discuter.

Denis Coderre, maire de Montréal

Les maires concernés craignent notamment une baisse du niveau d'eau qui pourrait nuire au trafic maritime.

« Les Grands Lacs sont un cadeau de Dieu, mais une ressource limitée. Limitée étant le mot clé. Si on commence à puiser de l'eau d'un peu partout et à étendre ça vers l'ouest, l'eau ne reviendra jamais », affirme John Dickert, maire de Racine, dans le Wisconsin.

Les nombreux projets de pipelines, dont celui de TransCanada, préoccupent aussi les membres de l'alliance, qui vont se réunir à nouveau à Montréal à la mi-juin, à l’occasion de leur assemblée annuelle.

Les Grands Lacs constituent 20 % des réserves d'eau potable dans le monde et seulement 1 % de cette eau est renouvelable.

Avec les informations d’Éric Plouffe et Michel Marsolais

Plus d'articles

Commentaires