Retour

UQAM : l'École des sciences de la gestion suspend sa menace de séparation

L'École des sciences de la gestion (ESG) retire sa menace de tenir une consultation sur la possibilité de se séparer de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Le recteur de l'institution Robert Proulx annonce, dans un communiqué interne, qu'une entente a été conclue. Il affirme que l'ESG « accepte de suspendre la démarche de consultation auprès de sa communauté sur la question de son appartenance à l'UQAM. »

Gérald Fillion

Un texte de Gérald Fillion
TwitterCourriel

Robert Proulx dit que l'UQAM a décidé d'intensifier son processus de décentralisation et c'est dans cette perspective que l'ESG a accepté de participer à cette démarche. « Cela m'apparaît d'autant plus approprié, écrit le recteur, que c'est dans ce cadre que les demandes de l'École des sciences de la gestion (ESG) en vue d'accroître son autonomie au sein de l'UQAM seront examinées. La mise sur pied d'un vaste chantier permettra de fournir une réponse concertée et cohérente aux besoins de l'ensemble de l'Université et de sa communauté. »

De son côté, dans un autre communiqué, l'École des sciences de la gestion confirme l'information : « le Comité de régie de l'ESG accepte de mettre en veilleuse le processus de consultation sur l'appartenance de l'ESG à l'UQAM. L'ESG entend participer pleinement au chantier sur la décentralisation de l'UQAM. Elle espère sincèrement que le résultat de ce processus réponde aux besoins et aux aspirations de toute la communauté de l'École et permette d'accélérer le développement d'une École des sciences de la gestion forte, dynamique, au service de la prospérité du Québec. »

L'UQAM annonce la nomination de deux personnes qui auront pour mission de fournir des solutions de décentralisation en se basant sur des modèles qui existent ailleurs dans le monde. Les expertes choisies sont issues du monde de l'éducation : Louise Dandurand, ancienne vice-rectrice à l'UQAM et ex-présidente de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS), et Hélène P. Tremblay, qui a été coprésidente du Chantier sur la politique de financement des universités lors du Sommet sur l'enseignement supérieur de 2013.

Le doyen de l'ESG, Stéphane Pallage, avait annoncé à la mi-février qu'il entendait mener un référendum auprès de ses professeurs, chargés de cours, employés de soutien et étudiants sur la création d'une nouvelle École de gestion indépendante. Il affirmait alors qu'il n'était pas parvenu à convaincre le recteur de l'UQAM de l'urgence d'accorder une autonomie financière à son école. En réaction à ce que la présidente du conseil d'administration de l'UQAM, Lise Bissonnette, a qualifié de « tentative de coup de force », l'institution a ordonné à Stéphane Pallage de ne plus intervenir sur cet enjeu dans les médias et à l'intérieur de l'Université.

L'UQAM affirme que les recommandations des expertes seront déposées en juin au conseil d'administration et qu'une « vaste consultation auprès de la communauté » suivra.

Plus d'articles

Commentaires