Retour

Vaincre les Bruins à domicile, une tâche colossale pour Julien et le Canadien

Près d'un an après avoir été congédié par les Bruins, Claude Julien retourne à Boston mercredi, pour le deuxième match d'une série de trois en huit jours entre le Canadien et ses éternels rivaux.

Un texte d'Alexandre Gascon

L'entraîneur-chef n'a pas souhaité mettre l'accent sur le duel entre son ancienne équipe et lui, mais il a quand même espéré recevoir un accueil favorable dans son ancien amphithéâtre, bien qu'il ne se berce pas d'illusions.

« Je dirige le Canadien maintenant », a fait valoir Julien, ce qui devrait en effet être suffisant pour attiser l'animosité de la foule une fois le match commencé.

« Si c'est le cas, je ne le prendrai pas personnel. J'ai senti pendant mon passage là-bas que j'étais apprécié. Peu importe ce qui se passera, ça ne changera pas ma perception de Boston et des partisans », a assuré le pilote du Tricolore.

N'empêche, le Franco-Ontarien garde de bons souvenirs de son passage de près d'une décennie avec les Bruins. En 2011, il les a guidés à leur première conquête de la Coupe Stanley en 39 ans, exploit que même le légendaire Don Cherry n'a pas accompli.

Quand on lui demande ce qu'il retient de son passage dans le Massachusetts, c'est l'aspect humain qui ressort.

« Il y a quatre équipes majeures à Boston : le hockey, le basketball, le football et le baseball. Ce que je retiens du temps passé là-bas, ce sont notamment les belles relations que j'ai développées avec les autres entraîneurs », a-t-il raconté après l'entraînement, mardi.

« Le soutien entre les équipes sportives est incroyable. Je suis un grand partisan des Patriots. Je l'étais même avant d'arriver à Boston. Même chose avec les Red Sox. J'ai aussi eu l'occasion de prendre un café avec l'entraîneur des Celtics quand nous étions à Dallas. Ce sont de belles amitiés et de bons souvenirs de Boston. »

Ce sera surtout l'occasion pour l'entraîneur de revoir sa femme et ses enfants qui sont demeurés à Boston cette année, mais qui devraient le rejoindre dès la saison prochaine.

Un défi de taille

Au-delà des retrouvailles, voilà un match, un autre, que le CH (18-20-6) doit impérativement gagner pour se refaire une santé. Il est toujours à 9 points du dernier laissez-passer donnant accès aux séries éliminatoires et accuse un immense retard de 12 points sur la 3e position dans la Division atlantique détenue par les Maple Leafs de Toronto (25-17-4).

Et il devra maintenant vaincre l'une des équipes de l'heure dans le circuit Bettman. Les Bruins ont récolté 17 points sur une possibilité de 20 à leurs 10 derniers matchs et n'ont plus perdu en temps réglementaire depuis le 14 décembre.

La tâche sera d'autant plus colossale puisque Claude Julien ne bénéficiera pas du dernier changement et se trouve grandement affaibli au centre en raison de l'absence de Phillip Danault et d'Andrew Shaw.

Pour combler cette faiblesse, l'entraîneur a envoyé Jonathan Drouin à l'aile et a inséré Jacob De La Rose au milieu de son trio offensif complété par Alex Galchenyuk. La perspective de voir Drouin piloter un trio qui serait opposé à la combinaison fatale de Patrice Bergeron, Brad Marchand et David Pastrnak, était certainement de nature à l'épouvanter.

« Je voulais voir ça de mes yeux. On s’en va sur la route pour deux gros matchs [Boston et Washington, NDLR]. Je me prépare aussi parce que je n’ai pas le dernier changement. Je regarde ces options-là, on verra en temps et lieu, mais c’était pour avoir une idée », avait-il expliqué mardi.

Le premier trio des Bruins a accordé seulement deux buts à 5 contre 5 cette saison en 286 minutes de jeu. Drouin et Galchenyuk, en un peu plus de 292 minutes de temps de glace commun, en ont donné 14.

Le Tricolore tentera de mettre fin à une courte séquence de deux défaites d'affilée. Montréal a tout de même récolté six points sur une possibilité de huit à ses quatre derniers matchs.

Le Canadien s'envolera après le match pour Washington où il y affrontera les Capitals vendredi avant de revenir à domicile pour se mesurer aux Bruins, à nouveau.

Plus d'articles