Retour

Victoire d’un couple contre Laval au sujet d’un égout

Les Auger-Laflamme, qui étaient à couteaux tirés avec la Ville de Laval à propos des inondations à répétition de leur sous-sol, ont finalement conclu une entente à l'amiable avec la municipalité.

Un texte de Claude Laflamme, de La facture

Il y a deux ans, La facture avait raconté la bataille que livrait un couple de la rue Prince-Rupert, à Laval, contre sa municipalité. Le sous-sol de la maison de Patricia Auger et Alain Laflamme avait été inondé deux fois en deux ans. Pour eux, c’était une catastrophe, car leur sous-sol est au cœur de leur vie familiale. Deux de leurs enfants y avaient leur chambre. Leur assureur avait payé les réparations les deux fois, mais refusait d’assurer à nouveau le sous-sol en cas d’inondation.

Comme les maisons de plusieurs de ses voisins de la rue Prince-Rupert avaient aussi été inondées, Alain Laflamme était convaincu qu’un problème avec l’égout de la Ville en était la cause. Une feuille de travail des employés de la Ville, déposée anonymement dans sa boîte aux lettres, le confirmait. Un bas-fond - un creux favorisant l’accumulation d’eau et de débris - s’était créé dans l’égout.

Pourtant, la Ville de Laval niait toute responsabilité. Elle soutenait que des guenilles et un manteau jetés dans son égout sanitaire l’avaient bloqué.

Déterminé à obtenir justice, le couple Auger-Laflamme avait intenté une poursuite contre sa municipalité. « Je veux qu’ils fassent face à leurs responsabilités. Je veux qu’ils me dédommagent pour tout ce que j’ai enduré et je veux qu’ils réparent la conduite dans la rue », disait alors Alain Laflamme.

Leur rue complètement refaite

Aujourd’hui, le couple célèbre sa victoire. Et les Auger-Laflamme n’ont pas eu besoin d’aller en cour, puisqu’ils ont conclu une entente à l’amiable avec leur municipalité. Les détails demeurent confidentiels, mais la Ville vient de changer tous les égouts et de refaire complètement leur rue.

Le but ultime, c’était de faire réparer la rue pour que je puisse être réassuré, pour que ma propriété reprenne la valeur marchande qu’elle avait quand je l’ai achetée, avant qu’on ait des problèmes. Alors, je suis très satisfait.

Alain Laflamme

Il y a deux ans, le refus de la Ville de Laval semblait pourtant inébranlable. Comment expliquer un tel revirement? La diffusion du reportage de La facture a resserré les liens entre les citoyens de la rue Prince-Rupert, qui se sont présentés au conseil municipal.

« Tout ça s’est fait en même temps qu’il y a eu un vaste changement de culture organisationnelle à la Ville de Laval. Alors, je pense que la conjonction de ces deux effets-là a provoqué le règlement de cette situation-là », explique Alain Laflamme.

Le maire de Laval, Marc Demers, a annoncé lors d’une séance du conseil municipal qu’il viendrait rencontrer les citoyens de la rue Prince-Rupert, et il a tenu sa promesse. Le couple Auger-Laflamme est convaincu que cette rencontre a été déterminante.

Aujourd’hui, c’est en pensant à ses voisins qu’Alain Laflamme fête sa victoire.

Une victoire totale pour moi, mais aussi pour les citoyens. Ils ne s’en rendent pas compte, mais la valeur de leur propriété vient d’augmenter.

Alain Laflamme

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine