Retour

Ville refuge : Montréal donnera bientôt des directives aux policiers

Alors que de centaines d'Haïtiens cherchent l'asile dans la région, le maire Denis Coderre attend que Montréal obtienne le statut de métropole en septembre pour donner des directives aux policiers en accord avec la déclaration de ville refuge pour les sans-papiers.

Pour le moment, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a l’obligation d’identifier les gens sans statut auprès de l’immigration, avait admis Denis Coderre en entrevue mardi avec l'animateur Paul Arcand, qui avait dit que la déclaration de la ville comme ville refuge était « de la frime ».

Une politique pour les services municipaux

« On n’a pas donné de directives aux policiers, a expliqué le maire à l'émission Gravel le matin. À l’époque, je disais attendre le statut de métropole qui doit arriver en septembre parce qu’il y aura des mesures d’intégration là-dedans. Donc, on pourra être plus spécifique sur la notion de "ville sanctuaire". »

Pour le moment, le maire n’est pas prêt à empêcher les policiers de faire leur devoir afin de protéger des réfugiés irréguliers de la déportation.

« Je ne suis pas rendu là, a-t-il expliqué à RDI matin. Ce n’est pas la même situation qu’aux États-Unis. Ça peut être une option, mais on ne l’applique pas présentement. Il n’y a pas beaucoup de cas. »

Les enjeux touchant la sécurité nationale et la criminalité demeurent « à part », a rassuré le maire.

Une politique qui donne aux sans-papiers accès aux services municipaux a été donnée au comité exécutif, a-t-il nuancé.

Il cite l’exemple des bibliothèques.

Il y a aussi le bureau d’intégration des nouveaux arrivants, créé avec l’arrivée massive de demandeurs d’asile syriens. Après l’intervention de la Croix-Rouge, les instances fédérales et provinciales, la Ville travaille en amont à la relocalisation des demandeurs d’asile « au bout de ces quelques semaines », dit le maire qui rappelle le contexte humanitaire.

Ultime recours

Dans le cas où une personne se ferait refuser le statut de réfugié après de longues procédures, l’ancien ministre libéral de l’Immigration rappelle que la Ville peut demander un permis au ministre de l’Immigration pour des considérations humanitaires.

« Cela fait partie de la donne humanitaire de la ville refuge, soutient Denis Coderre. Ce n’est jamais fini. »

Plus d'articles

Commentaires