Retour

Voici pourquoi vous devriez éviter la porno sur les téléphones Android

Près du quart des logiciels malveillants qui s'attaquent aux cellulaires Android utilise des sites pornographiques pour infecter les appareils. C'est ce qu'a découvert une équipe de chercheurs de Kaspersky Lab, une firme de cybersécurité russe.

Un texte d'Alix Villeneuve, avec CNET

Utiliser la pornographie comme appât pour des logiciels malveillants n’a rien de nouveau. Ceci dit, les appareils mobiles - plus particulièrement les téléphones Android - seraient plus vulnérables à ce type d’infection que les ordinateurs de bureau, nous apprend le rapport du Kaspersky Lab dévoilé la semaine dernière.

Selon les chercheurs, en 2017, au moins 1,2 million de personnes ont trouvé des logiciels malveillants déguisés en sites pornographiques sur des appareils utilisant le système d'exploitation Android, de Google.

L’équipe en a recensé 23 différents types. La plupart d’entre eux étaient des chevaux de Troie cliquables, c’est-à-dire qui ouvrent des publicités et cliquent sur celles-ci à l’insu de l’usager. Le logiciel génère des revenus grâce à ces clics. La victime voit quant à elle son utilisation de données augmenter sans savoir pourquoi.

Google n'a pas voulu de commenter les conclusions du Kaspersky Lab.

Les cellulaires « sous-protégés »

Ce constat ne surprend pas Jean-Philippe Décarie-Mathieu, cofondateur et directeur général de Crypto.Québec. Il se spécialise dans l’information et la vulgarisation d’enjeux de sécurité informatique. Android serait un système d’exploitation particulièrement vulnérable, mais l’enjeu s’adresserait à tous les modèles de cellulaires intelligents, selon lui.

Il y aurait encore beaucoup de travail à faire pour protéger les téléphones portables. Avec les technologies d’aujourd’hui, ils sont devenus de véritables petits ordinateurs. Pourtant, peu d’utilisateurs vont y installer un logiciel antivirus.

Installer un bloqueur de publicité

Se procurer un bloqueur de publicité (Ad-block) est un bon point de départ pour protéger ses appareils électroniques. « Non seulement on protège nos données personnelles et on n’a pas l’aspect visuel agressant », explique monsieur Décarie-Mathieu.

Les publicités sont dans bien des cas des portes d’entrée privilégiées pour s’attaquer à un appareil. « Lancer du malware via les publicités [surtout dans ces cas de sites pornos] c’est extrêmement commun. C’est une excellente méthode pour bypasser des systèmes de sécurité ».

Être vigilant ne serait pas complètement suffisant lorsque l’on consulte de tels contenus. « Généralement les gens vont savoir qu’il ne faut pas cliquer n’importe où sur les publicités. […] Mais il faut comprendre que des logiciels existent pour livrer du malware sans que vous n’ayez rien à faire », explique-t-il.

Vous avez déjà cliqué sur des liens qui semblent malveillants?

Difficile de donner un conseil général pour ceux qui ont déjà cliqué par erreur sur des liens malveillants, explique Jean-Philippe Décarie-Mathieu. Certains maliciels demandent une autorisation supplémentaire pour s’activer.

« Ça dépend. Des fois ce n’est pas grave. Ce n’est pas toujours un logiciel qui va s’installer automatiquement. […] Mais si vous donnez malencontreusement l’autorisation au malware de s’activer, le mal peut être fait », affirme-t-il.

Si vous pensez être victime d'un cybercrime, il est conseillé de communiquer avec le service de police locale.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine