Bear Woods s'est joint aux Argonauts jeudi, et il est déjà à l'aise au sein d'une formation qui compte plusieurs anciens membres des Alouettes de Montréal, dont l'entraîneur-chef Marc Trestman et le directeur général Jim Popp.

« Il y a beaucoup de visages familiers, a noté Woods, avant le match préparatoire remporté 24-20 par les Torontois. Leur philosophie ressemble à la mienne : cours et frappe. »

Woods s'est entendu avec les Argonauts après avoir été libéré par les Alouettes. Le divorce avec l'équipe montréalaise en a surpris plusieurs, surtout qu'il est survenu au début du deuxième jour du camp d'entraînement. Le secondeur intérieur a été nommé joueur défensif par excellence de la Division est en 2014 et 2016.

« Oui, j'étais surpris, mais quand vous êtes rendus à l'âge de 30 ans et que vous connaissez l'univers du football professionnel, il faut s'attendre à l'inattendu, a-t-il affirmé. Les Alouettes m'ont dit qu'ils voulaient rajeunir la défense, et je vous cite exactement leurs propos. »

« Je leur ai répondu que je croyais être relativement jeune au sein de cette défense », a ajouté Woods.

En 6 campagnes à Montréal, l'Américain a réussi 232 plaqués, 12 sacs du quart et 3 interceptions, en plus de provoquer 6 échappés. Il a terminé au 2e rang de la Ligue canadienne la saison dernière avec 126 plaqués.

Woods a affirmé ne pas en vouloir aux Moineaux ni au directeur général recrue Kavis Reed.

« Le moment n'était pas idéal pour ma famille, mais j'imagine qu'il n'y a pas de bon moment pour ce genre de choses. J'ai dit à Kavis que j'allais continuer à prier pour lui, je lui ai fait l'accolade et j'ai quitté son bureau, a déclaré Woods.

« Dans le monde des affaires, tout le monde a une opinion sur ce qui est bon ou mauvais. Mais aujourd'hui, je suis un membre des Argonauts, je continue à jouer au football au Canada et ça, c'est super. »

Plus d'articles

Commentaires