Retour

Yannick Nézet-Séguin entend mélanger classique et contemporain au Metropolitan Opera

Le chef d'orchestre montréalais entamera sa première saison en tant que directeur musical du Metropolitan Opera, à New York, en septembre 2020, avec une nouvelle version d'Aida, de Giuseppe Verdi. Toutefois, il veut aussi faire de la place aux œuvres plus contemporaines et se rapprocher du public.

La soprano russe Anna Netrebko tiendra le haut de l’affiche de cette nouvelle version d’Aida. Les deux artistes se retrouveront d’ailleurs la saison suivante dans Salome, de Richard Strauss.

L’institution new-yorkaise n’a pas ouvert ses portes à Aida depuis 1988. « Ça correspond au grand prestige du Met [Opera]. Il s’agit de l’œuvre la plus appropriée pour ce genre d’événement », a expliqué Yannick Nézet-Séguin qui a évoqué ce programme vendredi, après une répétition de Die Fliegende Hollander, de Richard Wagner, présenté au Metropolitan Opera le 25 avril.

En juin 2016, il a été nommé directeur musical du Metropolitan Opera, succédant à James Levine, qui a occupé ce poste (ou celui de directeur artistique) pendant 40 ans. Pour la saison 2017-2018, le Québécois porte le titre de « directeur musical désigné ».

Alors qu’il retrouvait le Met Opera jeudi pour la première fois depuis l’annonce, afin de participer aux répétitions de Die Fliegende Hollander, Yannick Nézet-Séguin a senti qu’un nouveau chapitre s’ouvrait. « Je ne voulais pas le voir ainsi, mais jeudi, c’était un peu le premier jour du reste de ma vie. Sinon de toute ma vie, au moins d’une grande partie », a-t-il raconté.

À 42 ans, celui qui est par ailleurs directeur musical de l'Orchestre métropolitain de Montréal, de l’Orchestre de Philadelphie et de l'Orchestre philharmonique de Rotterdam entend également mettre de l’avant des œuvres du 21e siècle. Voilà pourquoi les institutions de New York et de Philadelphie collaboreront à des nouveautés, présentées dans un premier temps à l’opéra situé en Pennsylvanie, sous la forme de concerts.

Hans Abrahamsen, Mason Bates, Jennifer Higdon, Missy Mazzoli, Andrew Norman et Mark-Anthony Turnage figurent parmi les compositeurs qui pourraient travailler avec Yannick Nézet-Séguin. « J’aime les choses auxquelles on arrive à s’identifier quelque peu, sans qu’elles doivent pour autant être complètement conventionnelles en matière de tonalités », a indiqué l’intéressé.

Du côté des classiques, le chef d’orchestre souhaite être à la tête de la première de Semele, de Haendel, au Met Opera, ou encore y présenter Lakmé de Delibes et The Turn of the Screw de Benjamin Britten. La version originale (en français) de Don Carlos et Les Vêpres siciliennes (deux opéras de Verdi), ainsi que trois œuvres peu connues de Wagner (Die Feen, Das Liebesverbot et Rienzi) font aussi partie de ses idées.

Le Metropolitan Opera affronte ces dernières années une baisse du nombre de ses spectateurs. Yannick Nézet-Séguin veut remédier au problème en organisant des discussions avec le public après les opéras ou en permettant aux détenteurs de billets d’assister aux répétitions.

Le style musical de l’orchestre pourrait lui aussi légèrement changer. Ainsi, cette semaine, le Montréalais a insisté pour que les notes noires durent plus longtemps, misant davantage sur la résonnance de la musique que ne l'avait fait James Levine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine