Retour

10 choses à savoir sur la vente légale de cannabis

Le producteur de cannabis médical de Gatineau, Hydropothecary, cible maintenant le marché récréatif à l'aube de la légalisation du cannabis. L'entreprise, qui sera le principal fournisseur de la Société québécoise du cannabis (SQDC), se prépare pour cette industrie prometteuse.

Un texte de Karine Lacoste

Une équipe de Radio-Canada a rencontré le vice-président aux communications et aux affaires gouvernementales d’Hydropothecary, Pierre Killeen, pour mieux comprendre le contexte de la commercialisation du cannabis et les contraintes que ce nouveau marché légal impose.

1. Est-ce que la demande en cannabis récréatif est suffisamment importante pour justifier l'expansion massive de votre entreprise?

Statistique Canada a fait une recherche sur le marché illégal du cannabis, le marché noir, et il a une envergure de 6 milliards de dollars. C’est le marché courant, mais il y a aussi un marché adulte qui ne connaît pas nos produits et c'est une grande partie du marché à l’avenir.

2. Comme il y aura d'autres fournisseurs officiels, comment comptez-vous vous démarquer?

Nous nous démarquons par la qualité de nos produits, mais aussi nous avons un objectif d’être un leader dans le domaine de l’innovation. Nous avons un vaporisateur à l’huile de cannabis et aussi nous avons un produit de cannabis séché consommable. L’avenir du cannabis va être dans un produit non fumable, meilleur pour la santé.

3. Comment est évaluée la qualité du cannabis?

Nous avons de la réglementation de Santé Canada qui prescrit le contenu et le processus de fabrication de nos produits. Tous nos produits sont testés par un laboratoire indépendant avant d’être offerts aux consommateurs et tous les résultats sont accessibles sur notre site Internet. La qualité est un objectif primordial pour que nous puissions offrir aux consommateurs un produit meilleur pour la santé que le produit qui se trouve sur le marché noir. Un produit sans pesticide nocif, un produit sans bactéries, un produit sans matériaux lourds.

4. Les projets de loi restreignent la publicité et exigent des emballages neutres, semblables à ceux des cigarettes. Comment pouvez-vous vous faire connaître vos produits dans ce contexte?

Nous sommes conscients du fait que la population s’inquiète de la légalisation du cannabis et une de ces inquiétudes vise le marketing. Pour nous, l’important, c’est que la SQDC soit établie, que nos produits soient offerts, que les consommateurs puissent nous connaître. Espérons qu’en temps et lieu, nous aurons plus de flexibilité quant à la présentation de nos marques.

5. Comment sera fixé le prix du cannabis légal?

Selon le projet de loi, c’est le gouvernement du Québec qui a la responsabilité de fixer le prix. L’important, selon nous, est d’avoir un accès au marché et de permettre au consommateur d’avoir le choix.

6. Quelle sera la concentration en THC de vos produits sur le marché?

Le plus haut produit prévoit 25 % de THC. La loi prévoit que ce soit déterminé par règlement. Nous avons du travail à faire avec les gouvernements pour les aider à prendre la meilleure décision.

7. Comptez-vous continuer de fournir le marché du cannabis médical?

Nous sommes ici aujourd’hui à cause de nos clients de cannabis médical. Nous avons une responsabilité envers eux et nous serons-là pour eux une fois le produit légal.

8. Le gouvernement interdit la vente de produits dérivés, croyez-vous que ces produits devraient aussi être légalisés?

La prochaine période de réglementation va être sur les produits dérivés. On s’attend à ce qu’en 2019 les consommateurs aient accès aux produits dérivés.

9. Quels produits aimeriez-vous développer si la vente de produits dérivés est éventuellement autorisée?

Probablement que nous allons avoir une huile de massage à base de cannabis. Beaucoup de produits à base de CBD (cannabidiol) qui ne contiennent pas de THC psychoactif. Des breuvages, des gâteaux. Une gamme de produits. Vraiment, nous sommes juste au début de l’industrie du cannabis. Nous allons avoir vraiment une explosion quant à l’innovation, la fabrication et l’offre de produits de cannabis.

10. Quel avenir imaginez-vous pour Hydropothecary?

Notre objectif est d’être un des leaders dans le domaine du cannabis à l’échelle mondiale, et ça, ça va se faire en créant une marque reconnue, respectée, de cannabis.

Avec la collaboration de Stéphanie Allard

Plus d'articles