Retour

150e anniversaire de la Confédération : les Autochtones ont-ils des raisons de célébrer?

Les peuples autochtones ont-ils des raisons de célébrer le 150e anniversaire de la Confédération canadienne en 2017? C'est la question qu'a dit s'être posée le chef de l'Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, avant de conclure que c'était le cas.

Un texte de Jean-Sébastien Marier

Invité à prononcer une allocution dans le cadre des petits-déjeuners du maire d'Ottawa, jeudi matin, le chef Bellegarde a avoué avoir fait face à un dilemme quant à la participation des communautés autochtones aux grandes célébrations de 2017.

« Est-ce qu'il y a beaucoup à célébrer quand nous manquons de logements, quand les prisons sont remplies de nos gens ? » a-t-il lancé, tout en rappelant les problèmes de pauvreté et de suicide qui affligent les Premières Nations.

Malgré ses interrogations initiales, le chef de l'APN croit que les peuples autochtones se doivent d'être présents lors des fêtes du 150e anniversaire. Pour lui, ce sera une occasion de mettre en valeur l'héritage et les contributions des Premières Nations au développement du Canada.

« À bien y penser, ce que nous célébrons, c'est que nous sommes encore ici comme peuples autochtones, que nous pouvons encore entendre nos langues êtres parlées, que nous pouvons encore aller à des cérémonies qui furent jadis illégales », dit-il.

Un dilemme similaire pour le 400e de Champlain

Par ailleurs, le chef de la communauté algonquine de Pikwàkanagàn, en Ontario, Kirby Whiteduck, souligne que les dirigeants autochtones se sont posé le même genre de questions dans le contexte des célébrations du 400e anniversaire du passage de Samuel de Champlain dans la région.

« On nous a demandé de sortir et de célébrer », raconte-t-il. « Nous avons dit : ''Nous ne voulons pas célébrer. Pourquoi devrions-nous célébrer ce qui nous est arrivé?'' »

Le chef Whiteduck explique que, si certains des organismes qui avaient sollicité la participation des Algonquins n'ont alors simplement pas donné suite à leur demande, d'autres organisations leur ont donné l'occasion d'offrir une perspective autochtone sur Samuel de Champlain.

Tout comme Perry Bellegarde, Kirby Whiteduck croit que les Autochtones doivent profiter des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération pour mettre de l'avant leur héritage et informer le grand public.

Avec les informations d'Andrew Foote de CBC

Plus d'articles

Commentaires